Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur.... Antoine Volodine...

17 Septembre 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Elle avait sur elle tout un attirail militaire, un sac ventral, une carabine à canon scié, un poste de radio, et elle avait mis fin à son immobilité. Si quelqu’un s’était trouvé à proximité, il aurait pensé qu’elle ressemblait à un très gros et très vilain scarabée en train de barboter dans la graisse boueuse de la nuit. Mais personne ne la regardait et, quand elle se fut mise à genoux pour commencer à ramper, elle frissonna, à la fois de douleur, de froid et de solitude.

– Putain ! marmonna-t-elle. Que j’aurais bien pu me casser une patte !

Comme bon nombre d’entre nous, elle appartenait à une espèce intelligente, du moins à une espèce suffisamment intelligente pour réfléchir à voix haute. Sur notre activité intellectuelle dans les moments où nous ne bougonnons pas, où rien ne sort d’entre nos lèvres, vétérinaires et thanatologues se disputent. Ces querelles sont d’un autre âge. En réalité, ni le langage ni la pensée ne sont nécessaires pour vivre ou pour survivre. La fille ne pensait peut-être pas en permanence, mais elle agissait.

Et donc déjà elle s’était éloignée de l’endroit où elle avait atterri. La distance n’était pas très importante. Elle se comptait en mètres. Quatre, cinq mètres peut-être. Ensuite, six. La fille allait sur le trottoir, au bas des façades obscures, à moitié dressée, à moitié couchée, frôlant le mur. Les mares d’eau noire ne l’arrêtaient pas et toutes les extrémités de ses membres étaient à présent mouillées. Les clapotis et les ruissellements n’avaient pas cessé autour d’elle. De plus en plus elle se fondait dans le paysage. Bientôt elle pénétra dans une zone d’ombre si épaisse que plus aucun mouvement n’y fut perceptible.

Antoine Volodine - Les filles de Monroe

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :