Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Macron et le gouvernement... Pas de Pass contre la contradiction totale...

13 Juillet 2021 , Rédigé par Liberation Publié dans #Politique

Image De Concept De Contradiction Avec Des Panneaux Routiers Dans La Forme  De Puzzle De Jugsaw Image stock - Image du morceaux, opposition: 148352361

Manger son chapeau, illustration

Depuis février 2020 et le début de la crise du Covid en France, les politiques auront démontré un formidable appétit pour tout ce qui, de près ou de loin, s'apparente à un chapeau. Mais celui dévoré hier par Olivier Véran est de taille. S'il fallait choisir, ce serait moins un panama qu'un sombrero mexicain, aux larges bords, que le ministre de la Santé a dû découper et manger avec un peu de sel en regardant l'allocution d'Emmanuel Macron hier soir. Le Président a donc annoncé l'extension du pass sanitaire aux lieux de loisirs accueillant plus de 50 personnes. Viendra ensuite le tour des cafés, des restaurants, des centres commerciaux, des moyens de transport longue distance, etc. Véran a dû apprécier, lui qui, en avril, assurait les sénateurs de l'inverse«Un mot sur le pass sanitaire. Notre pays a la passion de l'égalité. J'imagine mal que quand certains lieux rouvriront au public, ils ne rouvrent pas pour tous. C'est en tout cas mon opinion, mais le débat démocratique aura lieu. Nous y travaillons, sur le plan juridique, sanitaire, scientifique et logistique», indiquait le ministre alors que la sortie de confinement occupait les esprits.

Le mois suivant, toujours devant la Chambre haute, le même Véran se faisait encore plus précis. «Vous savez mon opposition de principe à l’usage d’un pass sanitaire pour des activités de la vie courante telle que manger au restaurant. En revanche, pour les lieux qui concentrent une forte population, un fort brassage, là, le pass sanitaire prend son sensjurait-il devant la commission des Lois. [...] Nous ne souhaitons pas utiliser un pass sanitaire pour des événements inférieurs à 1000 personnes.»

Macron contredit Macron

Mais Véran n'est pas le seul à aimer le goût du feutre. Macron aussi. Dans son interview donnée à la PQR fin avril, le chef de l'Etat ne pouvait être plus clair. «Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis», indiquait-il. En mai, son secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune confirmait cette idée sur France 2«Ce n'est pas la mentalité de notre pays et j'y suis attaché moi aussi, estimait-il. On n'a pas envie que pour les activités comme le café, le restaurant, ou même faire ses courses, on ait une société à deux vitesses.»

La ligne rouge

Le 10 mai à l'Assemblée, le rapporteur du projet de loi de sortie de la crise sanitaire, le député Jean-Pierre Pont, lançait : «Le dispositif est entouré de garanties suffisantes car il ne s’appliquera pas aux activités quotidiennes». Et le gouvernement de promettre, de son côté, une jauge à 1000 personnes mais sans l'inscrire dans la loi… Le même jour, le député LREM Guillaume Gouffier-Cha estimait qu'il fallait «définir très clairement le périmètre des activités qui peuvent se voir appliquer le pass sanitaire». «Nous posons une ligne rouge, le pass sanitaire ne pourra jamais concerner les activités de la vie quotidienne», assurait l'élu du Val de Marne à la tribune de l'Assemblée. Gouffier-Cha évoquait notamment un amendement de la présidente LREM de la commission des Lois, Yaël Braun-Pivet. «J’ai tenu à inscrire noir sur blanc dans la loi qu’un restaurant, un cinéma ou un théâtre ne pourra pas demander le pass sanitaire»s'engageait-elle sur France 5 le 13 mai, défendant clairement les libertés publiques.

Et terminons avec Adrien Taquet qui, plus que quiconque, a besoin de bien mâcher ce matin. «Il [le pass sanitaire] sera donc réservé aux grands événements où le respect des gestes barrières ne peut être assuré ; en aucun cas il ne pourra être réclamé dans un commerce alimentaire ou dans un restaurant. Je me permets d’insister sur cette dernière précision et de redire que toute demande de présenter le pass sanitaire en dehors des cas prévus par la loi fera l’objet de sanctions», assurait en mai le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des familles à l'Assemblée, lors de la séance des questions au gouvernement. Et bon appétit bien sûr.

Via Chez Pol - Libération

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :