Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

En autobus, en îlots ou en U : l’organisation de la salle de classe est un outil de contrôle

23 Juin 2021 , Rédigé par Ouest France Publié dans #Education, #Pédagogie

organiser la salle de classe

En « autobus », en « îlots » ou en U, l’organisation de la salle de classe répond à des objectifs qui n’ont rien de hasardeux, analyse le géographe Pascal Clerc.

Qu’est-ce qu’une salle de cours ? Un espace d’enseignement, bien sûr, mais aussi un lieu de pouvoir, voire de coercition si l’on en croit le philosophe Michel Foucault qui, dans Surveiller et punir​ , en 1975, décrivait la classe comme une machine à apprendre, mais aussi à surveiller, à hiérarchiser, à récompenser…

Longtemps, pourtant, la classe n’a été qu’un lieu sans enjeu, se confondant avec le logement du maître.

Il faudra attendre la monarchie de Juillet pour que les choses évoluent : la loi du 22 juin 1833 oblige pour la première fois les communes à mettre à disposition des élèves un local spécifique.

La normalisation qui s’ensuit, appuyée sur des préoccupations sanitaires (lutter contre la scoliose ou la myopie) conduira peu à peu à définir des modèles standards, qui interrogent aujourd’hui les chercheurs.

« L’organisation du pouvoir »

C’est l’objet d’une étude passionnante publiée par Pascal Clerc, professeur de géographie à l’université de Cergy-Pontoise, dans la revue Géocarrefour, qui s’intéresse à la classe en tant qu’objet géographique​.

Car, selon lui à travers l’analyse des agencements, des territoires, des mobilités et des postures corporelles, de l’organisation du pouvoir, il s’agit d’interroger la relation entre pratiques pédagogiques et géographie de la salle de classe ».

L’agencement, donc. Si l’on excepte la classe de maternelle ou les salles spécialisées (labos, salles d’activités manuelles), trois dispositions sont le plus souvent retenus : « en autobus », en « U » ou en « îlots ».

Dans le cas de « l’autobus », les rangées d’élèves orientées en direction d’un enseignant juché sur une chaire, puis, jusqu’aux années 1970, sur une estrade mobilisent les mêmes ressorts : la transmission et le contrôle par le maître qui donne de la voix, des encouragements ou des réprimandes.

Il en va autrement de l’organisation « en îlots » ​ : quatre ensembles de tables. Un modèle de l’autonomie et de la co-construction, qui confère un statut nouveau à l’enseignant et son savoir ​selon Pascal Clerc, en ce qu’il déconstruit un modèle rigide, directif et en fait simultané, pour en faire une pratique fondée sur la coopération, l’échange, le partage de documentation et le travail collectif ».

Le modèle en« U » ​quant à lui, offre une ouverture en direction du tableau et du bureau de l’enseignant. Pédagogiquement, c’est une structure mixte qui favorise d’une part la discussion et le débat puisque tous les acteurs ont la possibilité de se voir, d’autre part […] la transmission puisque l’enseignant, situé hors du U, peut être le point de convergence des attentions.

Rang d’honneur ou fond de la classe ?

L’organisation spatiale de la classe n’a donc rien d’anodine. Dans l’autobus, chaque élève peut être localisé par sa place dans une ligne et une colonne​, mais toutes ne se valent pas : rang d’honneur ou fond de la classe, à charge pour le maître de savoir s’il préfère surveiller au ras de son bureau les élèves les plus turbulents, ou les reléguer en fond de classe !

Quelle place pour les élèves dans cet espace restreint. Très contrainte : 2 à 3 mètres carrés par élève – s’il se prélassait sur une plage, on dirait que cette dernière est saturée – contre 10 à 15 mètres carrés pour le professeur. Cela dit la considération accordée aux espaces d’apprentissage​, estime Pascal Clerc.

Sans parler du mobilier qui, grosso modo, n’a que peu évolué. Avec toujours la même injonction : se tenir droit, redressé. Un formatage que l’on retrouve dans l’exercice militaire et dans la gymnastique​, relève Pascal Clerc, qui au fond n’obéit qu’à un seul objectif : lutter contre la paresse, le laisser-aller, les idées malsaines…

Arnaud Bélier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :