Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Nouveau Roman - Correspondances 1946-1999

10 Juin 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Amazon.fr - Nouveau Roman: Correspondance, 1946-1999 - Collectifs, Wagner,  Olivier, Tadié, Jean-Yves, Landfried, Carrie - Livres

Claude Ollier à Alain Robbe-Grillet
« Casablanca, 3-6-54

De mon sixième étage sur le plumard biplace qui est le mien j’observe les bateaux entrer et sortir du port trop petit comme chacun sait malgré les plans audacieux de Lyautey [premier résident général du protectorat français au Maroc en 1912], un assortiment de buildignes [sic] blancs, les pinceaux du phare d’el Hauk balayer les murs de la chambre. Donc la nuit est en train de tomber avec un bruit mat sur la faune cosmopolite rejoignant ses postes de guet. J’ai momentanément planqué mon 7.65 sous le traversin, après avoir enlevé le cran d’arrêt. Hier ils ont bien failli m’avoir avec ce foutu cran d’arrêt : le temps de l’enlever et les voilà qui ouvraient le feu. Si je ne m’étais pas aplati comme une sole derrière une grosse brique qui était stationnée là comme la providence en personne, ça faisait un joli titre dans Maroc-Presse ce matin. (…) Remarque que je n’ai pas à me plaindre ; ce n’était que la deuxième fois. La première, c’était fin avril, ils ont essayé de me descendre au vol alors que je sortais du Tribunal à 90 dans la Mercédès du président. »
Nouveau roman, page 108

De Nathalie Sarraute à Alain Robbe-Grillet
« 23 novembre 1960

(…) j’en viens vite à nos moutons ; le prix Médicis. Je suis, évidemment, à fond pour “La Route des Flandres”, et je regrette beaucoup que vous ne soyez pas là. Je sors à l’instant du dernier déjeuner et les choses vont mal. Claude Simon a ma voix, celles de Gala [Barbisan, 1904-1982], de Denise Bourdet et la vôtre. Tous les autres sont pour Henri Thomas : John Perkins. Et quand je dis que c’est faible [John Perkinws], on me répond qu’on donne le prix à toute une œuvre méconnue, que Simon a beaucoup de succès, aura le Goncourt une autre fois, etc. Mais le grand argument : on ne peut pas donner tous les ans le prix au « Nouveau Roman ». (…) Le prix de Mai me prouvait – et, maintenant, le prix Médicis – qu’il n’y a pas de place pour des gens comme nous dans les prix. Enfin on va voir. En tout cas, il y a pour Simon 4 voix définitivement acquises. Excusez ce charabia. Je suis complètement abrutie par ce déjeuner et, de plus, d’assez mauvaise humeur. Tâchez d’être là l’année prochaine. Mais que vaudra ce prix d’ici là. A bientôt et toutes mes amitiés. Nathalie
P.-S. Je sais bien que vous ne pouvez pas être à Paris en ce moment : ce n’est donc pas un reproche, même voilé. »
Nouveau Roman, pages 206-207

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :