Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Comment Parcoursup refaçonne la sélection à l’entrée des grandes écoles

9 Juin 2021 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education, #Université

Comment Parcoursup refaçonne la sélection à l’entrée des grandes écoles

EXTRAITS

Délaissant les concours, des écoles postbac font le choix de sélectionner les candidats à travers Parcoursup, alimentant un soupçon d’opacité sur le tri des dossiers.

S’il existait un indice de frustration des candidats sur Parcoursup, serait-il plus élevé cette année que les précédentes ? Il y a une dizaine de jours, le 27 mai, les premiers résultats d’admission dans l’enseignement supérieur ont été communiqués aux 641 000 lycéens inscrits sur la plate-forme. Depuis, monte une petite musique jouée par ceux qui présentent un excellent profil académique et disent avoir été recalés dans l’une, voire dans toutes les formations sélectives qu’ils visaient.

Des professeurs confirment l’inquiétude de leurs élèves et y voient le révélateur d’un dysfonctionnement de la plate-forme, où les écoles peuvent paramétrer à leur guise l’algorithme de tri classique proposé par le ministère de l’enseignement supérieur, nommé « outil d’aide à la décision ». « Le chaos habituel est décuplé, les classements incohérents révélant des situations scandaleuses », a dénoncé sur Twitter le professeur d’histoire Thibaut Poirot, qui voit grandir « le ressentiment de jeunes qui, malgré leurs bons dossiers, malgré leur investissement, nous disent aujourd’hui “ça n’a servi à rien de travailler” ».

Plus qu’en 2020, la campagne actuelle porte l’empreinte de la crise sanitaire. L’impact est réel dans les dossiers, après une année quasi entière d’enseignements hybrides et dépourvue d’épreuves anticipées du bac. Bulletins de notes et appréciations sont notoirement plus flatteurs qu’à l’accoutumée, selon les enseignants chargés d’examiner les dossiers, et les candidatures sont plus difficiles à départager.

(...)

A Sciences Po, chacun des 15 000 dossiers reçus a été examiné par deux évaluateurs qui ne se connaissaient pas et n’avaient pas le droit de communiquer entre eux. « Ils disposaient de plusieurs dossiers issus d’un même lycée, pour constituer une grille de compréhension de son système de notation », poursuit la directrice des admissions.

Mais aucune règle n’est édictée pour pondérer les notes en fonction du lycée d’origine, ce dont s’offusquent des proviseurs de grands lycées privés parisiens, qui affirment que leurs élèves s’en trouvent floués compte tenu d’une notation plus stricte. « Aucune consigne passée n’a pu jouer en leur défaveur au moment de l’évaluation des dossiers. Si nous constatons à l’issue de cette campagne que des lycées privés voient décliner le nombre de leurs élèves sélectionnés, nous nous pencherons sur la question », évacue Gabriela Crouzet. L’école promet un bilan de cette campagne inédite par l’afflux de candidatures (en hausse de 103 % par rapport à 2020) qu’a permis Parcoursup et qui devrait contribuer à la « diversification des profils » qu’elle vise, avec un objectif de 30 % de boursiers.

« Copie miroir »

Annulé pour la seconde année consécutive pour cause de crise sanitaire, le concours commun de sept Sciences Po de région a pour sa part tenu à maintenir une épreuve écrite à distance, sur laquelle ont planché quelque 13 500 candidats, dont 2 500 sont sortis « classés ». « Nous savions que les critiques allaient pleuvoir sur le fait que des parents auraient pu rédiger la copie, relate Pierre Mathiot, directeur de Sciences Po Lille. Pour réduire ce risque, nous avons corrigé pour chaque candidat classé une copie miroir certifiée par son lycée afin d’évaluer d’éventuels écarts tangibles de niveau entre les deux travaux. »

En sus, un algorithme a géré l’examen des dossiers Parcoursup « en neutralisant les parties littéraires des bulletins pour ne prendre en compte que les notes », détaille le directeur lillois, qui « présume que les notes correspondent au niveau réel des élèves ». Cette année, les IEP ont néanmoins inclus dans leur algorithme le taux de mentions obtenues au bac en 2019, « ce qui redressera certainement les choses en faveur des lycées privés et publics de centre-ville ».

(...)

La frustration des lycéens envers Parcoursup est une évidence pour Thomas Lagathu, tant la promesse d’accompagnement faite par la réforme du lycée n’a pas été tenue. Les salons « virtuels » consacrés à l’orientation ont été « une catastrophe car il ne s’y est rien passé du tout » et des « erreurs d’orientation » sont à prévoir, prévient-il.

Premier signal : le 28 mai, au lendemain de l’ouverture de la plate-forme, 913 candidats sans proposition l’avaient déjà quittée, soit 17 % de plus en comparaison avec la campagne 2020. Dix jours plus tard, ils étaient 3 612, en hausse de 12 % par rapport aux statistiques constatées l’an passé.

Soazig Le Nevé

Article complet à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :