Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Les Atsem, un «trésor» qu'on gâche au détriment des enfants

1 Avril 2021 , Rédigé par Slate Publié dans #Education

EXTRAIT

Discrets mais indispensables, ces agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles demandent une revalorisation de leur métier.

«Un trésor dont nous ne saurions nous passer.» C'est en ces termes qu'Emmanuel Macron parlait des Atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles), en ouverture des Assises de l'école maternelle le 27 mars 2018 au Conservatoire des arts et métiers. Des paroles qui ont éveillé chez ces professionnels l'espoir d'être enfin reconnus, statutairement et financièrement, et qui ont surpris les enseignants de maternelle. Mais beaucoup ne bénéficient pas tous de l'aide d'un Atsem, même à temps partiel, bien que selon le code des communes, article R 412-127, «toute classe maternelle doit bénéficier des services d'un agent communal occupant l'emploi d'agent spécialisé des écoles maternelles et des classes enfantines».

S'ils interviennent dans des écoles, les Atsem ne dépendent pas de l'Éducation nationale: ils sont recrutés et placés sous l'autorité de la commune. Titulaires du CAP petite enfance et d'un concours de la fonction publique catégorie C, ils sont formés à l'accueil, au soin et à l'éducation de la petite enfance pour remplir des missions qui varient légèrement selon la commune, l'école, la section à laquelle ils sont affectés.

Des missions qui se déroulent sur le temps scolaire (accueil et hygiène de l'enfant, aide pédagogique aux enseignants, entretien du matériel et des locaux scolaires) ou périscolaires (accompagnement des enfants sur le temps de cantine, animation de garderie du matin et du soir). «Cela nous donne un regard particulier sur l'enfant, une vision d'ensemble sur sa journée, sur ses besoins», témoigne Mélodie Jacques, Atsem dans une commune rurale de l'Aisne, membre du collectif indépendant Atsem de France.

Présente dès 7h30 pour accueillir les enfants, elle joue souvent le rôle de messagère entre la famille et son binôme professeur des écoles: mauvaise nuit ou difficultés familiales, elle prête une oreille attentive aux familles pour que l'école puisse mieux s'adapter au rythme et aux besoins de l'enfant. Dans l'autre sens, lorsque l'enseignant a besoin de communiquer des informations aux parents, il sait qu'il peut compter sur Mélodie pour passer le message. C'est elle qui surveille la sieste, connaît les habitudes de chacun, glisse le doudou sous la couverture avant la cantine pour qu'il attende l'enfant, pendant que le maître travaille avec les plus grands.

«Les enfants apprennent à faire seuls, mais au départ, ils ont besoin d'agir sous le regard de l'adulte.» Mélodie Jacques, Atsem

Sur le temps scolaire, Mélodie sert de deuxième paire d'yeux pour veiller sur la classe: résoudre les conflits, soigner un bobo, consoler un chagrin. Mais son rôle est également pédagogique, et souvent décisif, comme pour développer le langage. «Chaque enfant a son interlocuteur préféré, maître ou Atsem, celui avec lequel il osera plus s'exprimer», explique Mélodie. Dans le cadre de son activité, elle dirige le travail de petits groupes d'élèves, fait reformuler la consigne, s'assure que les enfants tiennent bien leur crayon, tracent les lettres dans le bon sens. Elle stimule aussi l'autonomie des plus grands: «Les enfants apprennent à faire seuls, mais au départ, ils ont besoin d'agir sous le regard de l'adulte.»

(...)

Maëliss Rousseau

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :