Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Tests salivaires dans les écoles : une ambition… et des questions sur ce moyen de dépistage du Covid-19

2 Mars 2021 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

Tests salivaires dans les écoles : une ambition… et des questions sur ce moyen de dépistage du Covid-19

EXTRAITS

Quelque 1 700 médiateurs doivent être recrutés d’ici à juin pour aider le personnel à atteindre l’objectif de 300 000 tests par semaine.

Les tests salivaires proposés aux élèves et aux enseignants volontaires permettront-ils de garder les écoles ouvertes ? C’est leur « objectif fondamental », a défendu le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, lundi 1er mars, lors d’un déplacement à Lavoncourt (Haute-Saône), dans une école où plus de 90 % des familles ont accepté que leur enfant soit testé en ce jour de rentrée pour la zone C.

(...)

« Dans le flou »

« Nous sommes dans le flou, nous ne savons pas quelle mission supplémentaire va peser sur nos épaules », s’alarme Saphia Guereschi, porte-parole des infirmières du SNICS-FSU. « Rien ne semble avoir été anticipé pour la mise en œuvre de ces tests, renchérit Guislaine David, porte-parole des enseignants du SNUipp-FSU. Les professeurs des écoles y sont favorables, cela fait même six mois qu’ils les réclament, rappelle la syndicaliste, mais ils ne sont ni infirmiers ni personnels de laboratoire. »

Les enfants du primaire n’étaient testés, jusqu’à présent, qu’en cas de cluster avéré –possiblement à partir de trois cas positifs au Covid-19, ou lorsqu’un variant du virus était identifié. Dans les collèges et les lycées, en revanche, des tests antigéniques sont proposés sur la base du volontariat depuis novembre 2020, sans qu’on ne dispose, à ce jour, d’aucun bilan permettant d’objectiver leur déploiement. Le ministère de l’éducation a assuré aux syndicats qu’ils disposeraient bientôt d’un « point hebdomadaire » sur ces dépistages académie par académie.

Dans un communiqué daté du 28 février, le syndicat SNUipp-FSU, majoritaire au primaire, a demandé au ministre un « cadrage clair sur le déroulé de la campagne de dépistage » (cadrage « diffusé sous peu », promet-on Rue de Grenelle), ainsi que des précisions sur le rôle et les gestes à assumer par les enseignants. Des enseignants inquiets : une « notice » diffusée sur les réseaux sociaux, il y a quelques jours, laissait entendre qu’ils auraient à superviser les opérations. « Dans au moins deux écoles de la Loire et du Rhône, des collègues ont eux-mêmes fait les prélèvements », assure Guislaine David.

(...)

Sur le lieu, le rythme des tests, on sait encore peu de choses, sinon qu’ils seront d’abord déployés dans les « zones à risques », dont la vingtaine de départements en surveillance renforcée. Les laboratoires chargés des prélèvements devront livrer les résultats sous 24 heures aux représentants légaux des élèves et aux médecins scolaires. Les écoles, elles, ne se verront communiquer que le nombre de cas positifs et pas l’identité des enfants. Aux familles de se manifester.

Plusieurs campagnes de dépistage devraient être menées, à intervalles réguliers, dans des établissements sélectionnés pour mesurer la progression de la contagion, explique-t-on au cabinet Blanquer où l’on tient toujours à distance, à ce stade, l’hypothèse d’un reconfinement scolaire.

(...)

Mattea Battaglia

Article compet à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :