Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

« Je me sens chanceux d’aller en cours » : les étudiants en BTS, presque sains et saufs...

20 Janvier 2021 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

« Je me sens chanceux d’aller en cours » : les étudiants en BTS, presque sains et saufs...

Ils sont les seuls, avec ceux des classes préparatoires, à suivre leurs cours en présentiel. Un enjeu majeur pour ces élèves : à Champigny-sur-Marne, la moitié du BTS informatique a décroché lors du premier confinement.

Au lycée Langevin-Wallon, à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), quelques notes de la chanson Englishman in New York de Sting s’échappent des haut-parleurs, et annoncent la fin d’une heure de cours. Les deuxièmes années de BTS systèmes numériques informatique et réseaux (SNIR) regagnent la salle B 309. Les grandes tables habituellement partagées par deux étudiants sont désormais occupées par un seul, distanciation physique oblige. « Qui veut venir au tableau corriger l’exercice 14 ? », lance, enthousiaste, Julie Zylberyng, leur professeure.

Cette scène n’a en apparence rien d’extraordinaire. Mais dans le monde de l’enseignement supérieur, elle est une exception. Depuis octobre, les 260 000 étudiants qui préparent un BTS, ainsi que les 85 000 qui sont inscrits dans les classes préparatoires ont continué à aller en cours. Pourquoi ? Une raison est avancée : leur enseignement se déroule dans les lycées, qui sont restés ouverts. Les deux millions d’étudiants des universités, des IUT, des grandes écoles suivent leurs cours derrière leur ordinateur, à l’exception, dans certaines filières, de quelques travaux pratiques et de classes par groupes de dix, seulement pour les premières années.

« Je me sens chanceux, c’est un réel avantage d’aller en cours », confie Boran Yildiz, étudiant en deuxième année du BTS. Lors du premier confinement du printemps, les cours à distance, « sympas au début », étaient très vite devenus compliqués à suivre pour lui. « J’ai des lacunes en maths, le fait de pouvoir interagir avec la prof m’aide beaucoup. A distance, c’est plus difficile de poser des questions. »

(...)

Boran Yildiz pense souvent à ses camarades qui étudient à l’université. « Ils le vivent très mal. Certains ont des pensées noires… » « J’ai des amies qui s’accrochent comme elles peuvent pour suivre les cours à distance, mais elles ont beaucoup de difficultés, elles sont démotivées », décrit, à son tour, Marion Mignot, 21 ans, l’une des deux seules filles de la promotion. L’étudiante, originaire de Bourgogne, partage un appartement avec sa sœur. Lors du précédent confinement, elle avait enchaîné les petits boulots pour aider ses parents à financer son logement.

Décrochage scolaire et aide sociale

Marion Mignot pense que, dans la même situation que ses amies, avec des cours 100 % en ligne, elle aurait songé à abandonner ses études. D’ailleurs, au cours du premier confinement, quand les cours ont basculé en ligne, certains de ses camarades de BTS n’ont pas résisté : une quinzaine environ ont abandonné entre mars et la rentrée de septembre, notamment ceux qui étaient en difficulté scolaire. « Nous avons perdu la moitié de notre promotion », déplore son camarade Fabio Rizzo.

(...)

Au Lycée Langevin-Wallon, plusieurs étudiants rencontrent des difficultés sociales et financières. Entre 20 % et 30 % des élèves de BTS – pour la majeure partie d’entre eux des étudiants étrangers – viennent frapper à la porte de Pascale Martin, l’assistante sociale. Elle constate des situations « plus dégradées qu’auparavant »« Jusqu’à présent, j’avais peu de demandes pour des besoins alimentaires, les étudiants se débrouillaient avec des petits jobs. Cette année, j’en ai orienté cinq vers les Restos du cœur, ils s’y rendent chaque semaine. »

Quelques notes d’Englishman in New York retentissent une fois de plus. Bruit de chaises, voix qui s’élèvent dans les couloirs… en cette période chamboulée, Boran Yildiz et ses camarades étudiants vivent dans un semblant de normalité. De quoi susciter l’interrogation de tous ces autres, qui réclament la réouverture des universités.

Romane Pellen

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :