Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

"Ne te mouche pas en classe, ne tousse surtout pas" : le casse-tête des parents et des écoles en cas d'enfant malade...

15 Septembre 2020 , Rédigé par France Info Publié dans #Education

"Ne te mouche pas en classe, ne tousse surtout pas" : le casse-tête des parents et des écoles en cas d'enfant malade...

EXTRAIT

Certaines écoles demandent des certificats médicaux pour accepter à nouveau les enfants en classe. Les professionnels de santé, déjà débordés, rappellent que ça ne sert à rien de consulter pour un simple rhume.

Quinze jours après la rentrée scolaire, le coronavirus tend les relations entre l'école et les familles. Le sujet de préoccupation majeur est la gestion des symptômes et des cas suspects chez les enfants. Les directeurs d'écoles y passent tout leur temps, face aux parents très angoissés.

Les parent espèrent à tout prix éviter l'éviction de leur enfant et donc l'isolement. Jenny est maman de deux petits garçons à Cergy, dans le Val-d'Oise. Elle en vient à craindre le moindre nez qui coule. "C'est l'angoisse, témoigne-t-elle. On leur dit 'ne te mouche pas en classe, ne tousse surtout pas'. Et ce n'est pas facile d'avoir un rendez-vous chez le docteur. Ce n'est pas facile de faire garder ses enfants quand on travaille."

Attestation sur l'honneur des parents

Le nez qui coule ne fait pas partie des symptômes qui justifient l'isolement d'un élève, selon le protocole ministériel. Mais les interprétations peuvent différer d'une école à l'autre. Le sujet est même devenu sensible avec certaines familles, comme en témoigne Olivier Flippo, directeur d'école à Cergy et délégué UNSA. 

On a certains parents qui doivent aller travailler et qui vont jusqu'à cacher la pathologie de leur enfant en leur donnant du Doliprane avant de partir à l'école le matin.Olivier Flippoà franceinfo

"On a eu ce cas-là, s'étonne Olivier Flippo. Il y avait un enfant qui avait mal à la gorge. Je l'ai questionné un peu et il m'a expliqué très naturellement qu'il était un peu malade, mais que maman lui avait donné des médicaments le matin." 

Certaines écoles ont carrément demandé des certificats médicaux ces derniers jours, pour pouvoir remettre les enfants en classe, et ça se répercute dans les cabinets des médecins. Julie Sudant est pédiatre à Suresnes, près de Paris. Elle est submergée par les demandes de certificats médicaux pour permettre aux enfants de retourner à l'école après une fièvre ou un gros rhume.

(...)

Alexis Morel - Anne-Laure Dagnet

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :