Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

« Avec le masque, le cours est devenu une autoroute à une voix à sens unique »

29 Septembre 2020 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

https://medias.liberation.fr/photo/1332497-french-college-students-return-to-school-in-nantes.jpg?modified_at=1598457298&width=960

EXTRAITS

« Depuis quatre semaines, la reprise n’est pas celle dont nous avions rêvé », témoigne Muriel Conroy, professeure de français à Charenton-le-Pont.

Témoignage. Au collège, en trois mois, nous avons eu plusieurs rentrées des classes. La reprise de juin fut comme une fête, un long dimanche de retrouvailles. On reprenait la classe avec ses surprises, ses happenings, comme autrefois. On était si content d’avoir réussi à traverser tout cela ! On se reconnaissait avec tant de plaisir parce qu’on s’était fréquenté si différemment, les cours virtuels, les chats sur Pronote [un logiciel de gestion de la vie scolaire], les coups de fil de fin d’après-midi : on connaissait la famille, les aboiements du chien, les états d’âme sur les expériences de chimie, les aînés qui venaient dire bonjour pendant la classe virtuelle, les parents qui rentraient de l’hôpital.

Je me réjouissais de septembre après ces longs mois loin de la salle de classe, des élèves, de leurs regards, de leurs farces, de leurs étonnements, de leur enthousiasme, de leur paresse aussi, de leur cynisme parfois. De nouvelles classes, avec de nouveaux élèves.

Ils s’appellent Inna, Aboubakar, Louis, Marie, Savivan, Salima, Khadija, Ryan, Léo, Angelina, ou Beverly, Saïd, Stéphane, Erwan, Rouquayya, Shanna : autant de nouveaux visages pour l’année qui commence.

« Océan d’injonctions »

Ils sont revenus au début du mois de septembre. Beaucoup n’avaient pas travaillé depuis le mois de mars. Des raisons qui se perdent dans le brouhaha de la classe et des échanges désordonnés : qui avec un seul ordinateur à la maison pour une famille de quatre enfants ; qui un téléphone portable qui servait pour les cours en « visio » ; qui, égaré dans les devoirs, les matières, les cours virtuels, les manuels, les QCM, les cahiers, les dates limites, s’est découragé.

(...)

Eux ne voient pas mes sourires, mes grimaces, mes moues dubitatives, mes rictus sardoniques, mes indulgences attendries. Ils n’entendent pas mes blagues, ils ne comprennent pas mes clins d’œil faute de voir mes lèvres. Tout est devenu cours, exercices, polycopiés, projections au tableau ; je parle fort pour me faire entendre, tout est à marche forcée. Finis les chuchotis à ces deux-là qui s’amusaient ensemble, mes blagues en aparté, le cours est devenu une autoroute à une voix à sens unique. Les classes de 5e sont surchargées et ceux-là n’ont pas eu de vraie 6e.

Le masque nous empêche de faire connaissance. C’est difficile, la rentrée. Difficile de se faire confiance quand on ne se connaît qu’à moitié.

De temps en temps, s’il vous plaît, sans rien dire, furtivement, comme moi, baissez votre masque : une façon de s’envisager à nouveau.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :