Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

A Voir... "Police", d'Anne Fontaine... Avec Virginie Efira, Omar Sy, Grégory Gadebois, Payman Maadi...

2 Septembre 2020 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Cinéma

EXTRAITS

La Renault Kangoo, modèle-phare du constructeur français, appartient au segment des « ludospaces ». La première gageure de la réalisatrice Anne Fontaine, et qui n’est pas la moindre, est d’avoir transformé ce véhicule – très utilisé par la police nationale en raison de ses portières arrière à glissière et de son avantageuse volumétrie – en théâtre d’un huis clos étouffant mettant aux prises quatre blocs d’humanité brute, soit trois policiers et un prisonnier. Pour le « ludospace » on repassera. Rien de moins gai que cet habitacle qui semble se réduire, que cette suffocation qui nous gagne derrière les fenêtres fermées où défilent les lumières de la ville. Ne manque que la buée. Mais c’est autant le physique des quatre personnages qui sature l’habitacle que leur âme.

Virginie (Virginie Efira), Aristide (Omar Sy) et Erik (Grégory Gadebois) sont trois policiers d’un commissariat parisien. Leur routine : violences conjugales, infanticides, bagarres de rue. Ils ont leurs secrets, des failles béantes comme des précipices. Virginie, mariée, est enceinte d’un amant. Elle a décidé d’avorter. Erik vit avec une femme dépressive et tyrannique ; il fume deux paquets par jour et renifle les effluves d’un verre de cognac lorsque l’envie de replonger le taraude. Atrabilaire, il hurle souvent : « Vous me faites tous chier ! » quand le vocabulaire lui manque pour exprimer son mal de vivre. Aristide voit une psychiatre. Il dit qu’il a « du vent dans la tête ». L’uniforme les engonce, il ne les protège de rien.

(...)

Casting parfait

C’est alors que le casting s’avère parfait. Il fallait des acteurs et une actrice non seulement capables de produire de la lumière, fût-elle celle affaiblie de leurs âmes en désordre, mais physiquement capables d’occuper un volume dans ce Kangoo où ils se confrontent à leur vérité, à leurs limites. Tous y parviennent haut la main. Une fois revêtue de son uniforme (polo blanc, blouson bleu, godillots) et noués ses cheveux en un chignon serré dans le vestiaire du commissariat, Virginie Efira se transforme en une policière à qui on n’oserait même pas contester un PV. Omar Sy, imposant et doux, si loin de ses rôles habituels, parvient à exprimer toute l’ambivalence de son personnage en chantonnant quelques notes de Daniel Balavoine. Payman Maadi a le regard traqué d’une bête prenant peu à peu conscience qu’on la conduit à l’abattoir mais n’osant pas profiter des occasions de fuite qui lui sont offertes. Est-il dangereux, désespéré, résigné ?

(...)

Philippe Ridet

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :