Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

« Le dispositif “sport, santé, culture, civisme”, vanté par le ministre de l’éducation, aggrave les inégalités entre les communes »

7 Août 2020 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

« Le dispositif “sport, santé, culture, civisme”, vanté par le ministre de l’éducation, aggrave les inégalités entre les communes »

EXTRAITS

Le dispositif 2S2C (sport, santé, culture, civisme) mis en place en mai par le ministre de l’éducation est un échec, assure Yannick Trigance, secrétaire national à l’éducation du Parti socialiste, s’appuyant sur un rapport de deux députés de la majorité présidentielle.

Tribune. Présenté le 15 juillet devant la commission éducation de l’Assemblée nationale au moment où les esprits étaient déjà tournés vers des horizons de détente estivale et de vacances, le rapport des députés Béatrice Descamps (UDI) et François Cormier-Bouligeon (LRM) présenté le 15 juillet sur l’évaluation du dispositif éducatif baptisé « 2S2C » (sport, santé, culture, civisme) mis en place par le ministre Jean-Michel Blanquer pointe sans ambiguïté le double échec de ce dispositif, à savoir le très faible nombre d’élèves concernés et, dans sa mise en œuvre, l’aggravation des inégalités entre les collectivités.

Rappelons que le 2S2C a vu le jour en mai 2020, pendant la période du déconfinement, afin de pallier l’impossibilité d’accueillir tous les élèves au sein des classes, obligeant à l’organisation d’un système de garde des élèves en parallèle, l’éducation nationale ayant alors fait appel aux collectivités locales pour créer des activités sur le temps scolaire.

(...)

Le rapport des deux députés souligne la très faible portée du dispositif mais aussi et surtout son caractère profondément inégalitaire. Face aux déclarations ministérielles présentant le dispositif 2S2C comme une préfiguration de l’évolution de « l’école de demain », force est de constater que le rapport ramène les incantations à la juste réalité. En effet, la portée du dispositif est plus que modeste, avec seulement 2,5 % des élèves du premier degré concernés et une très faible implication des collèges, liée à leur déconfinement plus tardif.

A l’entrée des vacances scolaires, seules 2 940 communes – soit 8 % des communes françaises – avaient mis en place le dispositif pour 167 051 élèves du premier degré et 7 685 élèves du second degré. La démocratisation de l’accès à ces activités reste donc somme toute assez confidentielle, en décalage criant avec la campagne médiatique déployée par le ministère.

Le rapport souligne en second lieu l’aggravation des inégalités générée entre les communes par le 2S2C : «... Beaucoup de communes ont fait face à des obstacles nombreux et difficilement surmontables dans un temps aussi court ». Seules les communes qui avaient notamment conservé un projet éducatif territorial (PEdT) actif et des activités périscolaires importantes ont pu trouver les ressources humaines nécessaires.

(...)

Enfin, l’absence d’une réelle concertation avec la communauté enseignante – notamment d’un point de vue pédagogique –, la substitution de ce type d’activités aux enseignements sportifs, artistiques et culturels sur le temps scolaire traduisent une volonté ministérielle sous-jacente de substituer l’action des collectivités à celle de l’éducation nationale. On oppose ainsi le « lire-écrire-compter »qui resterait l’apanage des enseignants sur le temps scolaire, à des activités sportives et culturelles dispensées par des intervenants extérieurs et des animateurs sur le même temps scolaire.

(...)

Yannick Trigance,  Secrétaire national du Parti socialiste chargé de l’éducation et de l’enseignement supérieur, conseiller régional d’Ile-de-France

Tribune à lire intégralement en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :