Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Pierre Reverdy...

1 Avril 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Front de nuages 
 
Sous le vent qui chasse 
Sous le vent qui chante 
Le vent de la mer 
 
Le cœur lourd dépasse 
L’esprit qui le hante 
Le temps est amer 
 
Le ciel bas se masque 
Et l’espoir se lasse 
Dans mes yeux ouverts 
 
J’attends que tout passe 
Ma douleur plus basse 
Sous le front couvert 
 
Aucun secret dans les rides inextricables de tes mains 
Aucun regret dans ton regard qui ouvre le matin 
Même l’oubli du sang qui coule goutte à goutte des sources du destin 

                ______________

Le sens du vide 
 
Ces lignes à franchir que je ne peux pas lire 
Ces formes inouïes qui ne veulent rien dire 
Que la mort 
La mort étant le plus juste prix 
Le poids du corps dans la balance 
Et l’étrange circuit de la distance 
Au bout des fils qui se rejoignent dans le port 
Départ demain vers d’autres houles vaines 
Retour certain au foyer sans chaleur 
Une peine jamais éteinte sous la cendre 
Ni braise ni charbon ni flamme 
On ne pense à rien de réel 
Pas plus de terre que de ciel 
Pas plus d’écho que de silence 
Encore moins la flèche d’un regard 
Déliés dénoués rompus 
Nœuds de l’espoir 

                __________________

A la limite 
 
Quand les gens passent la nuit dans l’allée bleue – la nuit d'hiver. Les branches bougent contre les murs, contre la haie qui se retranche – la barrière enchantée dans le gris plus épais – le trou vivant des ombres.  
Si les lumières courent, si elles naissent et meurent, tout ce qui est devant s’anime et les yeux sont meurtris. Tous ce qui pèse sur cet espace étroit où s’accoude la nuit.  
La tête a son rayon qui file loin du monde. Le coeur parti à l’aile et faible au souvenir. S'il fait froid dans l’allée vide où le vent s'arrête aux branches qui déchirent – où l’aile immense touche en remuant la pluie – une larme au rebord du toit luisant, un mot qui plane. Et la lumière fixe dans le cadre des lignes – Tous ces gens qui passent le soir d’hiver dans l’allée bleue et grise qui traverse la nuit  

Pierre Reverdy - Œuvres complètes

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :