Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Confinement: comment les profs, "livrés à eux même", se débrouillent pour enseigner...

2 Avril 2020 , Rédigé par Huffington Post Publié dans #Education

Confinement: comment les profs, "livrés à eux même", se débrouillent pour enseigner...

EXTRAIT

En temps de confinement, la "continuité pédagogique" se fait par Whatsapp, sur Zoom ou Discord. Et au prix d'une surcharge de travail conséquente pour les professeurs.

POLITIQUE - Pas le temps d’aller cueillir des gariguettes dans le Finistère. Si la formule maladroite de Sibeth Ndiaye, insinuant que les professeurs ne travaillaient pas en raison de l’épidémie de coronavirus, est si mal passée du côté des enseignants, c’est parce que depuis le début du confinement, la majorité d’entre eux bûche plus que d’ordinaire. 

“Les professeurs sont épuisés, ils se sur-donnent”, tranche sans ambages Norman Gourrier du Syndicat National des Collèges et des Lycées à l’unisson de toutes les organisations et des professeurs contactés par Le HuffPost. Sur les réseaux sociaux aussi, nombreux sont ceux à raconter les difficultés que provoque l’enseignement à distance. 

Et toutes découlent, selon eux, de l’impréparation de l’État et du ministère de l’Éducation nationale. “Contrairement à ce qu’a pu expliquer Jean-Michel Blanquer à la télévision le samedi qui a suivi la fermeture des établissements scolaires, rien n’avait été prévu pour faire face à une telle situation”, explique Benoît* (prénom modifié), un professeur d’Italien dans le Lot-et-Garonne, au HuffPost.

Face à des outils officiels incomplets, souvent grippés et une hiérarchie aux abonnées absentes, les enseignants se débrouillent comme ils peuvent pour assurer “la continuité pédagogique” promise par le ministre de l’Éducation nationale. Des cours qui passent donc désormais par Whatsapp, Skype, Discord ou Zoom.

“Défaillance institutionnelle”

Contactée par Le HuffPost, Sophie Vénétitay, professeure de SES et secrétaire générale adjointe du SNES-FSU dénonce “une défaillance institutionnelle importante” de la part du Ministère.  

“Au début du confinement, les professeurs ont été forcés de constater que les ENT (ensemble d’outils du ministère permettant un accès aux cours à distance NDLR) étaient extrêmement défaillants. Certains collègues ont été perdus face à l’absence d’outils institutionnels. On a été nombreux à ne pas savoir comment joindre nos élèves”, explique-t-elle. 

Benoît, le professeur d’Italien nous confirme les difficultés concrètes vécues par la communauté éducative pendant les quelques jours suivant l’annonce surprise de la fermeture des établissements scolaires.

“Dès le lundi matin, avec des élèves et des parents très angoissés par la réalité de la ‘continuité pédagogique’, on s’est tous retrouvés à devoir utiliser des plateformes institutionnelles totalement obsolètes et totalement incapables de faire face à l’afflux de connexions”, déplore-t-il. 

(...)

Anthony Berthelier

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :