Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Sur les chaînes d’info en continu, des intervenants très à droite et omniprésents...

7 Mars 2020 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Politique, #Médias

Sur les chaînes d’info en continu, des intervenants très à droite et omniprésents...

EXTRAITS

Dans ces émissions qui vivent de polémiques et de coups d’éclat, les ultraconservateurs sont souvent majoritaires. L’hégémonie a-t-elle changé de camp ?

Dans certaines émissions de télévision où la punchline est de mise, la complexité n’est pas permise. Bien souvent conçues sur le modèle de l’émission de radio « On refait le match », sur RTL, créée par le journaliste sportif Eugène Saccomano en 2001 et notamment reprise par Pascal Praud en 2012, ces émissions cherchent « le buzz, la polémique et le coup d’éclat par des joutes savamment orchestrées », observe l’historien de la presse Alexis Lévrier.

Ainsi « par cynisme, clientélisme ou idéologie, la mouvance extrême droitière est souvent majoritaire dans nombre d’émissions des chaînes d’info », analyse Samuel Gontier, critique télévisuel pour Télérama et auteur de Ma vie au poste (La Découverte, 2016), recueil de chroniques sur les médias audiovisuels qu’il suit depuis dix ans.

« Sur les plateaux de Laurence Ferrari ou de Pascal Praud, sur CNews, le rapport entre « progressistes » et « réactionnaires » est de 1 pour 4 », poursuit-il.

(...)

... le rapport de force est souvent « déséquilibré », reconnaît-il. Lors d’une émission sur le voile, par exemple, « si vous invitez un éditorialiste du Figaro à côté d’un autre de Marianne, d’un troisième de La République en marche qui estime, comme le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, que “le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société”, et que le quatrième est un membre de Boulevard Voltaire ou de L’Incorrect – médias dont les présentateurs omettent de dire qu’ils sont d’extrême droite –, les mêmes idées sont représentées sur le même sujet, le tout sous le couvert du pluralisme », insiste Samuel Gontier.

(...)

Il faut remplir et même « meubler » les grilles de LCI, CNews ou BFM-TV, explique Samuel Gontier car « ces chaînes dites “d’info” ne produisent en réalité que six minutes d’information par heure, le reste étant du commentaire qui coûte beaucoup moins cher que du reportage ou de l’investigation ». D’où l’émergence des polémistes, analyse Clément Viktorovitch, « dont il faut reconnaître qu’ils sont plus nombreux au sein de la droite radicale et du centre libéral ».

Où sont passés les débatteurs de gauche à la télé ?

Mais où sont passés les débatteurs de gauche à la télé ? De Pierre Jacquemain (rédacteur en chef de la revue Regards) à Alexis Corbière (député La France insoumise), ils sont régulièrement invités, mais leurs troupes sont clairsemées. « Il faut dire que, pour les patrons de chaînes et les journalistes qui les animent, il est plus facile de défendre la génération identitaire que les zadistes de Notre-Dame-des-Landes », observe un chroniqueur. Ces éditorialistes produisent « un discours de classe », fait remarquer Alexis Lévrier, comme la grande peur d’une révolution sociale portée par le mouvement des « gilets jaunes » l’aurait illustrée. « Il y a d’évidence un effet de milieu social. Ces polémistes se confortent idéologiquement et se cooptent dans des émissions qui sont des tremplins professionnels », analyse Samuel Gontier.

(...)

Nicolas Truong

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :