Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

À quoi pourrait ressembler le bac cette année?... Pourquoi le contrôle continu est-il inévitable?...

30 Mars 2020 , Rédigé par Le Figaro Etudiant Publié dans #Education, #Baccalaureat

À quoi pourrait ressembler le bac cette année?... Pourquoi le contrôle continu est-il inévitable?...

EXTRAIT

En raison de la fermeture des établissements, les notes du contrôle continu remplaceront certaines épreuves du bac. Mais comment?

L’année 2020 devait être la dernière année du bac tel qu’on le connaissait depuis plus 25 ans. Pourtant, cette dernière édition sera perturbée par les mesures exceptionnelles imposées par la crise sanitaire du Covid-19. C’est désormais une certitude: par manque de temps, le gouvernement sera forcé d’instaurer une dose de contrôle continu dans l’examen du baccalauréat.

«Il y aura une dose de contrôle continu. La question est de définir jusqu’à quel point», a annoncé le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer sur Europe 1 ce lundi 30 mars au matin, avant de préciser que la «formule» définitive de l’examen cette année serait connue «à la fin de cette semaine».

Pourquoi le contrôle continu est-il inévitable?

Malgré la fermeture de l’ensemble des établissements scolaires depuis le 13 mars et pour une durée encore incertaine, les programmes se poursuivent coûte que coûte. Via la plateforme du Cned, WhatsApp ou encore Discord, les professeurs font de leur mieux pour assurer la continuité pédagogique réclamée par le ministère de l’Éducation nationale. Mais distance oblige, la progression est fastidieuse et bien plus lente que d’ordinaire: rien n’assure que les élèves de terminale soient prêts pour le 17 juin, date initialement fixée pour le coup d’envoi du baccalauréat 2020.

«Je vois mal comment on pourrait faire passer l’ensemble des épreuves à l’ensemble des élèves aux dates prévues», constate Jean-Rémi Girard, le président du Syndicat national des lycées et des collèges (Snalc). Face à ces conditions inédites, remplacer la totalité ou une partie des épreuves écrites finales par le contrôle continu permet de libérer un temps précieux dédié à l’enseignement, pour terminer les programmes. «Cela ne signifie en aucun cas que les épreuves écrites finales ne servent à rien», insiste Jean-Rémi Girard, pour qui la solution du contrôle continu n’est qu’un «pis-aller».

(...)

Pauline Verge

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :