Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Une grande enquête sur l’état de la vie démocratique en France

7 Février 2020 , Rédigé par Destin Commun Publié dans #Sociologie

Une grande enquête sur l’état de la vie démocratique en France
La France en quête

Une grande enquête sur l’état de la vie démocratique en France par Destin Commun.

Pourquoi cette étude ?

La France n’a jamais semblé aussi divisée qu’aujourd’hui. Des plateaux de télévision aux réseaux sociaux, dans la rue et parfois même dans nos familles, les polémiques s’enchaînent et les désaccords politiques se transforment en détestations. Les Français déplorent que les moments d’unité du pays soient de plus en plus passagers.

Sommes-nous devenus irréconciliables ?

Experts, politiques, sont nombreux à le croire, mais pas nos concitoyens : ils ont conscience du danger que font courir ces divisions à l’avenir du pays. C’est le constat que nous tirons d’une grande enquête menée tout au long de l’année 2019 avec l’Institut de sondage Kantar, auprès de 6000 personnes.

Plus de huit Français sur dix pensent qu’on doit se serrer les coudes et faire face aux problèmes ensemble.

Ni l’entre-soi ni le chacun pour soi ne sont une solution : nous avons besoin d’écrire l’avenir ensemble. Pour Destin Commun, cette étude est un point de départ : elle est à la disposition de ceux qui cherchent à faire émerger une communauté de destin. Né en 2017, notre laboratoire d’idées et d’actions veut contribuer à bâtir une société plus soudée, dont les membres sont convaincus que ce qui les rassemble est plus fort que ce qui les divise. 

Une nation fragmentée ?

Notre rapport confirme que nous vivons comme les branches d’une famille éloignée, avec des valeurs, des codes et des grilles de lecture parfois radicalement différents. Certes, les bulles dans lesquelles nous vivons ne sont pas étanches : il arrive que des fronts communs surgissent et que des coalitions de circonstance se nouent. Du mouvement des Gilets Jaunes aux marches pour le climat, des voix parfois très éloignées les unes des autres s’entendent et se font entendre ensemble.

Mais nous avons des difficultés à prendre en compte des aspirations et des intérêts qui ne sont pas les nôtres. Nous avons tendance à parler à la place des autres et à projeter sur eux nos propres visions du monde. Nous masquons ainsi ce qui a pour eux de l’importance : leurs croyances, leurs convictions, leurs amertumes, leurs espérances.  

Ces écarts entre codes, valeurs et visions du monde sont naturels dans une société démocratique. il est même sain qu’ils existent. Mais lorsque ces écarts sont méconnus, ils favorisent les incompréhensions réciproques. En mettant en avant les positionnements les plus extrêmes, les réseaux sociaux et les médias en accentuent les effets.

Ces incompréhensions nourrissent en retour le ressentiment et la défiance mutuelle. Il devient plus acceptable de haïr les élites ou de mépriser les plus pauvres, de déconsidérer les bobos ou les classes populaires, de vilipender les migrants ou les musulmans, de regarder de haut les corps intermédiaires, de se défier de ceux qui cherchent le compromis. Elles nourrissent enfin une forme de nostalgie pour un temps passé, un « c’était mieux avant », et une tentation plus globale du repli sur les frontières nationales.  

(...)

Suite et fin à consulter en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :