Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Maths en première "Réforme Blanquer" : les résultats dégringolent contrôle après contrôle...

24 Novembre 2019 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

Maths en première "Réforme Blanquer" : les résultats dégringolent contrôle après contrôle...
EXTRAITS
Au lycée, le choc des maths pour les élèves de 1re

Pour ceux qui suivent cette matière comme enseignement de spécialité – elle a disparu du tronc commun avec la réforme – les résultats dégringolent contrôle après contrôle.

Leurs professeurs les avaient prévenus mais pour Tiara, Jeanne et Lubin, le choc est rude. Certes, ils sont entrés en 1re, un palier dans la scolarité où, les enseignants en conviennent, les notes chutent toujours un peu. Mais pour ces élèves qui n’imaginaient pas abandonner les mathématiques – elles ont disparu du tronc commun avec la réforme du lycée – et qui suivent cette matière comme enseignement de spécialité, les résultats dégringolent contrôle après contrôle. Certains, comme Tiara, ont un profil d’« ancien ES » : ils ont opté pour un parcours comprenant des mathématiques et des sciences humaines. D’autres, comme Jeanne, ont reconstitué la filière S – mathématiques, physique-chimie, sciences de la vie et de la terre (SVT), mais ne s’en sortent pas non plus.

(...)

Pour Sébastien Planchenault, président de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public (APMEP), le programme de 1re est « aussi ambitieux que l’ancien programme de S, voire plus ». Il relève du « catalogue de notions sans cohérence entre elles » dans lequel une partie des élèves se sont vite perdus. A la nécessité d’aller vite pour couvrir toutes les notions s’ajoute « l’exigence des niveaux de démonstration et de raisonnement, clairement tournés vers l’ancienne filière S ».

Dès le 29 septembre, l’APMEP avait fait part de ces difficultés au ministre de l’éducation nationale dans une lettre ouverte. L’association y dénonçait un programme « trop lourd pour des élèves qui ont besoin d’une culture mathématique sans devenir experts ». L’institution, de son côté, a toujours assumé d’avoir créé une spécialité exigeante, avec l’objectif « d’élever le niveau » des élèves français. Une option « maths expertes », encore plus pointue, sera d’ailleurs proposée en terminale aux élèves se destinant à des parcours scientifiques.

(...)

Alors que le premier trimestre s’achève, la plupart des élèves en difficulté souhaitent, comme Jeanne et Lubin, laisser tomber les mathématiques l’année prochaine – l’une des spécialités doit, en effet, être arrêtée entre la 1re et la terminale. A l’APMEP, on assure que de nombreux enseignants ont déjà des élèves qui souhaitent abandonner. Sébastien Planchenault fait part de son inquiétude : « J’ai des collègues qui, sur un groupe de vingt-deux, ont déjà six élèves qui veulent arrêter. »

(...)

Mais, si les élèves sont si nombreux à avoir choisi les maths, c’est aussi parce que la matière a la réputation d’être « essentielle » pour la suite des études.

La grande majorité des élèves interrogés disent avoir été « prévenus » que le programme était difficile, mais ils affirment aussi que parents et enseignants leur ont fortement conseillé ce choix. « Le prof principal a beaucoup insisté », raconte Tiara. « Les mathématiques, on nous a toujours dit que c’était important », confirment les parents de Jeanne.

(...)

En attendant, l’APMEP s’inquiète de l’accumulation de frustrations pour les enseignants et leurs élèves. « Nous proposons l’instauration d’une deuxième spécialité maths plus légère, précise Sébastien Planchenault. Car en l’état, aucune proposition n’existe pour ceux qui veulent faire des maths sans devenir des spécialistes. »

Violaine Morin

Article complet à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :