Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

La virgule sur ton front... Ou "Le masculin l'emporte sur le féminin"...

16 Novembre 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

La virgule sur ton front…

(À lire en écoutant « Minor swing » par Angelo Debarre et Ludovic Beier…)

Depuis la promenade qui longe la plage, nous regardons le soleil disparaître lentement, caressant la surface de l’eau. Un léger vent frais transforme en virgule une mèche sur ton front.

Le ciel et la mer sont beaux… Tout simplement beaux…

En écrivant ces mots, cette phrase, me revient en mémoire la règle de grammaire apprise depuis le XVIIe siècle. Et pas depuis toujours comme il est fréquent de l’entendre ou de le lire.

« Le masculin l’emporte sur le féminin »

J’ai fait apprendre et appliquer cette ritournelle grammaticale. Évidemment. Et, jusqu’à il y a quelques années, répondant trop paresseusement à certains élèves m’interrogeant parfois :

Mais pourquoi c’est comme ça m’sieur ?»

Je m’entends encore :

«Parce que c’est la règle »… Et nous continuions la leçon…

La virgule sur ton front est devenu tiret...

On n’imagine pas le nombre de questions non posées par les élèves ni le nombre de réponses non fournies par les enseignants au sujet de la grammaire. Questions et réponses qui, si elles étaient ouvertes et développées, permettraient une meilleure compréhension, et donc une meilleure maîtrise, de notre langue…

Depuis quelques années, j’explique historiquement certaines règles de grammaire. Les élèves adorent l’inter disciplinarité ! Si seulement nos gouvernants actuels pouvaient s’en persuader… Je prends le temps de ralentir le flot du « programme » pour faire l’Histoire du français…

« Le ciel et la mer sont beaux » aurait pu, jusqu’au XVIIe siècle, s’écrire « Le ciel et la mer sont belles », au nom d’une règle d’accord dit « de proximité » Sans que cela fasse hurler les puristes. Ces puristes nés en 1635 avec la création de l’Académie Française, décidée par Richelieu pour « normaliser et perfectionner la langue française ». Entre autres objectifs très politiques.

Puis vint Vaugelas… 1647… Ce grammairien réputé affirme que désormais le masculin l’emportera sur le féminin. Quelle mouche a bien pu le piquer ? Aucune. Son explication est d’une simplicité confondante :

«Le masculin est plus noble que le féminin »

Fermez le ban ! Il faut lire ses « Remarques sur la langue française » Plus tard, quelques années avant la Révolution, un certain Nicolas Beauzée, grammairien et académicien à partir de 1772, eut ce mot définitif :

«Le genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle »

Avec la Révolution française et son Égalité mise en lumière, l’espoir d’un retour à l’accord de proximité grandit. Pourtant, rien n’y fit. Les élus du peuple, des hommes, rejetèrent toutes les demandes allant dans ce sens. L’égalité, soit ! Mais bien plus dans les discours que dans les actes. Encore moins dans la langue !

Lorsque cette leçon d’Histoire est achevée, mes élèves comprennent. Certains trouvent tout cela très injuste; d’autres non. Un débat s’organise. Nous pratiquons ensemble l’art de la controverse. La grammaire s’éclaire, la règle devient compréhensible, l’orthographe n’est plus seulement expliquée par la norme, par le « C’est comme ça »…

Il fait nuit désormais… Le vent est tombé.

Ta mèche rebelle, d’un geste de la main, est rentrée dans le rang. Nous marchons sur la promenade. Demain, je te raccompagne à Paris…

Au loin le bateau arrivant de Newhaven prépare son entrée dans le port.

Le ciel, la mer et toi êtes belles…

____________________________________________________

J'ai personnellement plus de plaisir à comprendre les hommes qu'à les juger.”

Stefan Zweig

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :