Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Mort, où est ta victoire?...

14 Mai 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Divers

Je n'ai pas regardé la cérémonie des Invalides.

Je n'ai pas voulu...

Pourtant je m'incline devant ces deux jeunes hommes, devant la douleur de leurs proches. J'admire le courage dont ils ont fait preuve.

Mais je suis de cette génération élevée dans la haine absolue de la guerre sous toutes ses formes. "Peace and love"... "Make love not war"... Les "protest songs"... Et tout ce qui a nourri ma jeunesse. Tout ce qui a fait de moi l'homme que je suis. Un idéaliste sans doute, un rêveur certainement, un amoureux infatigable de la beauté, des couchers de soleil, de la pluie, des femmes, des humains, de la vie...

"Mort où est ta victoire?" dit la Bible quelque part.

Oui où est la victoire de la mort quand elle ose emporter deux êtres dans la force de l'âge, quand elle ose séparer des familles à jamais, quand elle ose répandre des torrents de larmes sur les joues des enfants, compagnes, épouses, parents?... Cette "victoire" n'est nulle part! Deux hommes qui meurent au combat et ce guide africain massacré lui-aussi sont la preuve sacrificielle de la bêtise des guerres, de la bêtise des hommes, des puissants qui regardent les catastrophes depuis leur terrasse. "Bêtise, où est ta victoire"? Là, quelque part aux confins du désert burkinabé...

Alors les cercueils alignés dans la Cour des Invalides, sous les drapeaux, sous la musique militaire, sous le soleil éclatant dans un ciel bleu immaculé, je n'ai pas voulu les voir. Ils sont la guerre... Ils sont notre échec... Écoutons Giraudoux:

"Un discours aux morts de la guerre, c’est un plaidoyer hypocrite pour  les vivants, une demande d’acquittement. C’est la spécialité des  avocats. Je ne suis pas assez sûr de mon innocence…" La Guerre de Troie n'aura pas lieu"... Elle a eu lieu comme auront lieu d'autres guerres tuant d'autres enfants, femmes et hommes.

Je m'incline devant la douleur des vivants qui restent seuls, sidérés. Je m'incline devant ces hommes.

Mais qu'on ne me demande pas de trouver admirables ces cérémonies militaires. Je ne peux pas... Je ne PEUX PAS...

Pourtant j'avais assisté à celle honorant la mémoire des morts du Bataclan. J'avais pleuré ce jour-là dans cette même Cour des Invalides. Mais ceux-là n'avaient rien à voir ni à faire avec la guerre. Ils ont disparu en chantant et en dansant.

Ce n'est pas mieux et tout aussi révoltant.

Non, la mort n'est jamais belle. Jamais glorieuse. Jamais victorieuse.

Elle n'est que notre défaite. A toutes et tous.

Christophe Chartreux

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :