Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

A Voir... Le cercle des petits philosophes - En salle le 18 avril...

14 Avril 2019 , Rédigé par Télérama Publié dans #Cinéma, #Philosophie

Peut-on lire “La Critique de la raison pure” à 7 ans ? Non. Philosopher ? Oui. C’est la conviction de Frédéric Lenoir, qui entend développer l’esprit critique chez les enfants. Rencontre avec le héros du documentaire “Le Cercle des petits philosophes”, jolie chronique d’une année passée avec des élèves d’écoles élémentaires.

La bienveillance, notion lénifiante ? Faux, répond Frédéric Lenoir, pour qui la bienveillance doit être au coeur de l’éducation. Le prolifique philosophe/sociologue/écrivain/conférencier le martèle depuis un moment déjà : il ne tient qu’à nous, les adultes, de faire de nos enfants une relève responsable et clairvoyante, capable de prendre en charge les problèmes que nous avons parfois créés, souvent niés, en tous cas échoués à régler. Dans Le Cercle des petits philosophes, la réalisatrice Cécile Denjean l’accompagne dans deux écoles élémentaires d’Ile-de-France où il a animé des ateliers-philo. Un concept qu’il n’a pas inventé mais contribue à diffuser via la fondation et association SEVE (Savoir Être et Vivre Ensemble), co-créée avec Martine Roussel-Adam en 2017. SEVE forme des adultes (pas nécessairement enseignants) à l’animation d’ateliers philo et propose d’intervenir dans des établissements publics. Le but ? Lutter contre le « prêt à penser », développer la réflexion chez l’enfant mais aussi l’écoute, l’empathie et le respect de l’autre.

D’où vient l’idée des ateliers de philo pour les enfants ?

La première fois que cela m’a traversé l’esprit, je lisais Montaigne, l’un de mes auteurs favoris. Dans ce passage, il est écrit : « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine ». J’ai beaucoup réfléchi à cette phrase qui oppose l’accumulation des connaissances, le savoir répétitif d’un côté à l’esprit critique, au discernement et au jugement de l’autre. Montaigne va même jusqu’à suggérer que la philosophie soit pratiquée dès la petite enfance. On parle bien de philosopher avec des enfants, pas de leur enseigner l’histoire de la philosophie – celle-ci requiert une intelligence conceptuelle et un vocabulaire développé qu’on acquiert seulement à la fin de l’adolescence. Pour réfléchir, un enfant n’a pas besoin de connaître des mots savants. Un jour, alors que j’animais une conférence, j’ai cité la phrase de Montaigne. Une dame est venue me voir à la fin pour m’expliquer que des ateliers de philo existaient depuis cinq ans dans l’école élémentaire qu’elle dirigeait à Lausanne… Je suis allé sur place et j’ai découvert que de tels ateliers existent dans certains endroits depuis quarante ans !

(...)

Qu’avez-vous retenu de cette année passée auprès des enfants dans le cadre des ateliers-philo ?

Deux choses m’ont frappé. La lucidité des enfants sur la condition humaine – ils sont très conscients des problèmes du monde, des enjeux collectifs, du tragique de la vie – et leur optimisme. Ils ont envie de trouver des solutions, sont motivés. Je me souviens de cet enfant qui m’a étonné en expliquant que la vie est « trop sophistiquée » pour lui mais qui ajoute dans le même élan que si on ne change pas soi-même, on n’arrivera pas à changer le monde. L’autre chose qui m’a frappé, c’est la force de l’intelligence collective. Certains n’ont pas forcément beaucoup d’idées ou ont tendance à se moquer un peu facilement des autres mais peu à peu, en écoutant leurs camarades, ils progressent. Le fait de penser ensemble est extrêmement constructif. 

(...)

Mathilde Blottière

Le Cercle des petits philosophes, de Cécile Denjean sort en salles le mercredi 17 avril.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :