Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

L’école du dehors...

6 Mars 2019 , Rédigé par Unsa - Questions d'éduc' Publié dans #Education

L’école du dehors...

On pourrait penser intuitivement que les pays européens les plus chauds sont ceux où les élèves passent le plus de temps dehors. Eh bien, non, c’est au Nord de l’Europe que l’on trouve des exemples déjà anciens et en pleine expansion ces dernières années d’« école du dehors » ou d’« école dans les bois ».

Des modèles observés avec envie en France ou en Belgique.

L’idée de faire l’école dehors est née dans les pays scandinaves dès les années 1950, à cause d’un manque de places dans des bâtiments en dur pour l’accueil de tous les enfants de 3 à 6 ans, promis par l’État. Aujourd’hui, ce modèle a perduré en Suède, Finlande, Norvège, Danemark, avec un regain depuis les années 1980, sous deux formes : soit un accueil entièrement à l’extérieur (15% des crèches suédoises par exemple), soit avec un accueil à l’intérieur et une sortie en plein air chaque jour.

En Allemagne et en Suisse, les écoles du dehors se sont implantées plus récemment, dans les années 1990 : 500 à 600 écoles en Allemagne font sortir les enfants 4h tous les matins, 200 à 300 en Suisse, surtout dans la partie alémanique. Dans le canton de Zürich, la moitié des enseignants proposent ces sorties quotidiennes.

Ces modèles concernent surtout les très jeunes enfants. Mais on note aussi l’existence d’un programme « la forêt à l’école » jusqu’à 16 ans au Danemark.

« Sortir par tous les temps » ne semble pas être un problème pour les parents, les enseignants et les enfants. Ceux-ci, selon les enquêtes menées dans ces pays, sont moins souvent et moins longtemps malades, plus créatifs, mieux dans leur corps, vivent plus d’entraide et moins de conflits, sont plus équilibrés émotionnellement, ou encore plus concentrés. Le principe est de laisser au maximum les enfants jouer et expérimenter librement, dans un espace naturel proche de l’école (la cour, le jardin privé de l’école, un parc public) ou une forêt où on emmène les enfants en car. Les aménagements sont rudimentaires, et même la sieste se fait dehors.

En France, les exemples sont rarissimes : on signale une crèche entièrement dehors à Paris, une maternelle au jardin dans une ZUP de Strasbourg, des sorties nature régulières dans telle ou telle école. Mais les envies sont là, dans un contexte où les sorties de classe sont devenues au fil des années de moins en moins nombreuses, et le carcan sécuritaire de plus en plus pesant.

Les écoles privées à pédagogie innovante, en pleine expansion, sont nombreuses à se développer autour du lien à la nature, recherchées par un nombre croissant de parents. Espérons que les écoles publiques françaises se laissent influencer par leurs voisines du Nord pour retisser le lien entre les enfants et la nature, nécessaire à une conscience environnementale.

Vous pouvez vous abonner à « Question d’Éducation » gratuitement en cliquant ici.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :