Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Salaire des profs : le point sur la baisse et ce que (ne) font (pas) le ministre et le gouvernement...

20 Janvier 2019 , Rédigé par Lucien Marboeuf - Publié dans #Education, #Politique

Salaire des profs : le point sur la baisse et ce que (ne) font (pas) le ministre et le gouvernement...

EXTRAIT

(...)

Ce que le ministère a fait pour le pouvoir d’achat des profs depuis 18 mois…

Le médiatisé mouvement des #Stylos rouges a donné une nouvelle visibilité aux revendications des enseignants, parmi lesquelles le pouvoir d’achat. Le ministre a pas mal communiqué cette semaine, comme toujours très habilement, sur France Inter puis France Info, alignant les mêmes éléments de langage, à la virgule près (20/20 en récitation, M. Blanquer), que ceux contenus dans le communiqué du gouvernement publié dès le 8 janvier et manifestement destiné à couper l’herbe sous le pied des Stylos rouges : « pas de problème quant au diagnostic qui est fait », « ces préoccupations viennent de loin, elles existent depuis des décennies, pas seulement depuis 18 mois », « d’ailleurs le Gouvernement n’a pas attendu les Stylos rouges pour s’y attaquer », « cela fait un an et demi qu’il travaille à améliorer les conditions de travail et le pouvoir d’achat des enseignants ». Le communiqué fait ensuite la liste desdites avancées :

- +1Md€ sur le quinquennat pour financer le protocole PPCR

- prime pour les professeurs de REP+ allant jusqu’à 3000€

- heures supplémentaires plus rémunératrices grâce à la défiscalisation ; dans les médias cette semaine, le ministre a chiffré à 250 millions d’euros ces heures supplémentaires supplémentaires.

Présentées ainsi, les mesures semblent importantes, en effet.

… ne résiste pas à l’analyse

Sauf que, dès qu’on entre dans le détail, ces mesures sont en trompe-l’œil.

- le milliard annoncé pour le protocole PPCR, s’il est atteint à la fin du quinquennat, aura dû l’être plus tôt. Le PPCR résulte d’une série d’accords passés sous Hollande, absolument pas par l’actuel gouvernement, lequel s’est empressé d’en geler l’application pour 2018 ! C’est donc avec un an de retard que les enseignants en toucheront les bénéfices, soit 264 millions d’euros pour cette année ; tous les échelons auraient dû voir leur indice augmenter de 5 points il y a un an, il faudrait calculer ce que cela a couté à chaque prof…

- la prime pour les professeurs de REP+ : les termes utilisés dans le communiqué gouvernemental parlent d’eux-mêmes : « une prime pouvant aller jusqu’à 3000€ annuels sera accordée aux professeurs de REP+ à terme ». Cette prime avait été un argument de campagne majeur du candidat Macron, c’est un élément de langage ressorti à l’envi par le ministre, mais elle devait à l’origine être de 3000€ dès la rentrée 2017 pour tous les profs de REP et non seulement de REP+. Après avoir été reportée d’un an, elle n’est mise en place que très progressivement, au compte-goutte, et nul ne sait quand les profs toucheront la totalité de la prime promise, et surtout qui la touchera, puisqu’on a parlé de prime au mérite

- les heures supplémentaires défiscalisées : vantées comme une mesure en faveur du pouvoir d’achat des profs, elles servent en réalité à compenser les 2600 suppressions de postes dans le secondaire pour cette année, car il faut bien que les cours aient lieu. Par ailleurs, d'après le Café pédagogique, dans les 250 millions ne sont budgétés que 18 millions d’euros supplémentaires et non 64 millions comme le dit le ministre, le reste des heures était déjà prévu. Enfin, la défiscalisation annoncée n’est pas si intéressante qu’elle le fut, par exemple, sous Sarkozy, ainsi que l’explique très bien Julien Delmas sur son blog. Par ailleurs, ces heures supplémentaires ne concernent pas les professeurs des écoles, il faut le dire et le redire.

On le voit, les mesures annoncées ont été soit prises par le gouvernement précédent, soit sont en décalage avec les promesses de campagne, soit servent de cache-misère. Toutes sont largement survendues par le gouvernement et le ministre. Surtout que dans le même temps, d’autres mesures ont nettement attaqué le pouvoir d’achat des profs.

(...)

Lucien Marboeuf

Le billet complet est à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :