Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Raphaël Glucksmann: «On est dans une société de solitude qui produit l’appel au despote et au tyran» ... (Video)

22 Octobre 2018 , Rédigé par regards.fr Publié dans #Politique

Sur la gauche

« La plus grande défaite de la gauche, c’est accepter que l’horizon politique, c’était le bien-être des individus. »

« Il y a une sorte de capitulation intellectuelle qui fait que les partis de gauche étaient placés devant une alternative simple : soit être condamnés à toujours perdre soit, pour gagner, accepter de devenir de droite. Et c’est ce qui s’est passé. »

« On a cru, dans une vision comique du monde, que tout conflit pouvait s’autorésoudre : c’est le drame de la social-démocratie européenne. »

« Ce n’est pas Macron qui a inventé le clivage progressistes contre conservateurs : dans les années 90, c’était Clinton et Blair qui faisaient des sommets progressistes à Florence en expliquant que le sens même du progressisme, c’était d’accompagner les évolutions du monde et l’accomplissement d’une société où chacun serait libre et heureux ; en réalité, en se transformant en VRP des évolutions du marché. »

« S’il n’y a pas de conflits, de problèmes insolubles, de vision tragique des choses, la politique n’est pas nécessaire. On n'aurait alors plus besoin que de gestionnaires et de communicants. »

Sur l’union de la gauche

« Entre les Verts et Génération.s, il n’y a pas grand chose sur le fond. »

« Il faut fédérer au maximum dans la société autour de causes. »

« Les idées existent, les gens sont investis dans les associations : il faut produire un projet et le poser sur la place publique. »

« Il y a une mémoire institutionnelle dans les structures politiques qui fait que les alliances sont difficiles. »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :