Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Les transclasses ou l'illusion du mérite par Chantal Jaquet...

2 Octobre 2018 , Rédigé par France Culture Publié dans #Education

Idées | "Quand on veut, on peut".. pas vraiment pour la philosophe Chantal Jaquet pour qui le mérite est une pure construction politique destinée à conforter l’ordre social. Car en insistant sur les capacités personnelles des individus, l'État se dédouanne de ses responsabilité collectives.

Chantal Jaquet , philosophe et directrice du Centre d'Histoire des Philosophies modernes de la Sorbonne, a popularisé le terme de "transclasses" dans ses derniers ouvrages.  Un mot qui désigne à la fois une réalité sociale mais aussi une construction politique, celle de la méritocratie.

Qu'est ce que la méritocratie ?

Chantal Jaquet : "La méritocratie dit bien son nom c’est le gouvernement par le mérite, c’est une construction politique qui consiste à considérer qu’au fond celui qui “réussit” c’est parce qu’il a en lui des qualités, il s’est efforcé d’y parvenir et donc il a une dignité supplémentaire par rapport à celui qui n’a pas “réussi” parce qu’il serait paresseux, or ce genre de considération à mon avis est totalement frauduleuse parce qu’on ne se pose jamais la question de savoir pourquoi quelqu’un peut s'efforcer de faire des choses et pourquoi une autre personne n’a pas la force de s’efforcer. Donc la notion de mérite c’est une notion qui est une sorte de dénomination extérieure que l’on va projeter sur les individus pour considérer au fond qu’ils sont responsables de leur destin, ce qui est tout-à-fait commode d’un point de vue politique puisqu’on pourra ainsi rendre chacun responsable de son sort. Ce système de méritocratie est tout-à-fait avantageux pour des politiques conservatrices qui veulent justifier l’ordre établi puisque plutôt que de remettre en cause cet ordre, plutôt que de prendre des mesures sociales, économiques, politiques, culturelles qui amèneraient à plus de justice plus d’égalité. On considère qu’au fond l’inégalité est inscrite dans les destins individuels et que chacun reçoit proportionnellement à son mérite et que les plus méritants sont ceux qui au fond réussissent et les autres ont démérité.

(...)

Elsa Mourgues

Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :