Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale, avec respect je viens vous dire...

9 Mars 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale, avec respect je viens vous dire...

J'ai rédigé la lettre ouverte à lire ci-après en mars 2008...

Je vous laisse tout loisir d'en apprécier - ou pas - la brûlante actualité.

Hélas...

Christophe Chartreux

PS: cette lettre a été publiée, à l'époque, sur le site de Philippe Meirieu.

                                                   _________________________

"Il s'agit d'en finir avec 30 ans de pédagogisme qui a laissé croire qu'on pouvait apprendre en s'amusant".

Xavier Darcos

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale,

Avec respect, je viens vous dire que vous ne croyez pas en vos propres propos, tellement ils sont éloignés des convictions qui sont les vôtres et que je crois connaître.

La pédagogie, vous l'avez pratiquée avec succès dans les classes dont vous aviez la responsabilité. Vous l'avez même portée à un degré de perfection rarement atteint. Comment alors pouvez-vous si facilement entendre les ritournelles passéistes des Brighelli et Le Bris? Comment pouvez-vous accepter que vos anciens collègues soient une fois de plus, une fois de trop, tenus d' appliquer des directives qui contredisent absolument, dans le fond et la forme, ce que nous étions tenus de défendre l' an dernier seulement? Comment pouvez-vous justifier que les heures de soutien devant des effectifs réduits avec un enseignant proche des élèves soient efficaces pédagogiquement?

N' est-ce pas implicitement affirmer que les enseignements traditionnels devant des classes entières sont inefficaces? N' est-ce pas implicitement reconnaître qu' il serait plus intelligent d' embaucher des professeurs, d' ouvrir des classes plutôt que d' en fermer ? Si les progrès des enfants de ce pays passent, entre autres, par ce moyen, alors chiche !

L'école d'hier nous dites vous... Le "retour en arrière"... Mais l'école à laquelle vous faites allusion n'a JAMAIS existé! Et vous le savez bien!

- il y a toujours eu des "cancres"...
- il y a toujours eu des chahuts...
- il y a toujours eu des bons et des mauvais enseignants...
- il y a toujours eu des ministres certains de mettre en place la "bonne" réforme...
- il y a toujours eu des pédagogues... jamais entendus ! Sauf dans les pays nordiques que vous citez souvent en exemple, que vous avez visités. Votre voyage en Europe du Nord est-il à l'origine des textes que vous avez publiés ? J' en doute fortement.

Il ne s'agit donc en aucun cas d'un retour en arrière. Mais d'une fuite en avant. Pour rassurer les parents électeurs ? Je n'ose y croire ! Jamais une réforme n'a, à ce point, tourné le dos au progrès. Mais comme je l'ai déjà dit souvent, l'Education Nationale déteste les progrès... Elle préfère les "réformes". La votre, comme les précédentes, sera effacée par vos successeurs qui n'auront pas le courage de prendre le taureau par les cornes en mettant TOUT à plat. Les Ministres passés, de droite comme de gauche, n'ont pas eu plus de courage, il faut hélas le dire. Jamais aucun n'a eu le courage de la cohérence. Cette cohérence qui devrait permettre à tous les acteurs de l'Education de participer au vaste chantier de reconstruction que nous appelons de nos voeux : enseignants, personnels administratifs, corps des inspecteurs et conseillers pédagogiques, mais aussi parents, éducateurs spécialisés, responsables associatifs, professionnels des médias... L'Ecole, au sens le plus large du terme, n'est pas, ne doit pas être un entreprise ni un espace de dressage. Les enfants de ce pays, nul ne le nient, connaissent des difficultés, notamment dans la maîtrise de l'orthographe. Mais les réformes annoncées tournent le dos à l'essentiel.

"L’importance accordée au vocabulaire, à la grammaire et à l’orthographe répond à un besoin, mais les contenus envisagés ne permettent pas de développer des compétences en écriture et en lecture car ils ne s’intéressent qu’à la maîtrise de savoirs ponctuels. Les problèmes de cohérence que posent les écrits produits par les élèves ne risquent pas d’être résolus ainsi. Et ce n’est pas, comme le proposent les nouveaux programmes, en renonçant à essayer de comprendre d’où viennent les erreurs des élèves en orthographe ou en production d’écrit que l’enseignement deviendra plus efficace, bien au contraire... Et encore une fois, la simplification de l’orthographe – officielle depuis 1990 !- passe à la trappe
(En réalité, ces nouveaux programes ont) des compétences visées plus limitées. De la maternelle au CM2, les programmes mettent l’accent sur la réception passive de la parole, sur la reproduction de routines et non sur les capacités de compréhension et d’expression orales et écrites qu’il faudrait pourtant développer."

Extrait d' un texte signé par 19 organisations: AFEF, AGEEM, AIRDF, CEMEA, CRAP, FCPE, FOEVEN, Francas, GFEN, ICEM, JPA, Ligue de l’enseignement et USEP, OCCE, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SI.EN-UNSA Education, SNUipp-FSU, SNPI-FSU. 

Monsieur le Ministre, c'est un professeur respectueux des textes officiels de la République qui vous parle. Renoncez à ce gâchis ! Travaillons ensemble pendant un an, pendant le temps qu' il faudra, à l'élaboration d'une transformation véritable de notre Maison. Prenez en compte les remarques des enseignants, de tous les enseignants. Vous annoncez des consultations pour les professeurs d' école à propos des nouveaux programmes. Mais pourquoi les manuels sont-ils DEJA prêts et imprimés ?

Enfin, et sans polémique aucune, en affirmant que le pédagogisme a permis de travailler en s'"amusant", vous faites bien peu de cas du travail de celles et ceux dont vous avez la charge. De tels propos ne sont pas dignes du professeur remarquable que vous avez été, du pédagogue...

Je vous prie d'agréer l'expression de mon dévouement pédagogique au service de nos élèves.

Christophe Chartreux/16 mars 2008

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :