Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Mathématiques - Méthode de Singapour ou ces "réformes" venues d'en-haut...

11 Février 2018 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education, #Mathematiques

Mathématiques - Méthode de Singapour ou ces "réformes" venues d'en-haut...

EXTRAIT

« L’enseignement des mathématiques ne doit pas avoir vocation à former une élite »

Sans contester le manque d’appétence des élèves français pour les mathématiques, Etienne Ghys, directeur de recherche (CNRS) à l’Ecole normale supérieure de Lyon, plaide pour que l’on fasse confiance aux enseignants pour y remédier. Il partage certaines des pistes identifiées par la mission « Villani-Torossian » pour redonner de l’élan à l’enseignement de cette discipline perçue comme élitiste en France, ce qu’il explique regretter.

L’enseignement des mathématiques et, plus généralement, des sciences en France est pointé du doigt, enquête après enquête. Ce tableau vous semble-t-il fondé ?

Ce qui m’impressionne toujours dans ces enquêtes, qu’elles soient nationales ou internationales, c’est qu’elles essaient de nous convaincre qu’il existe une justesse universelle ; qu’on devrait enseigner les mathématiques de la même manière à New York, à Singapour ou à Paris. Or, s’il est vrai qu’on obtient bien, partout, le même résultat quand on multiplie « 3 × 12 », ou qu’un théorème se vérifie quel que soit le lieu, je ne vois pas de raisons objectives d’enseigner les mathématiques de la même manière partout.

La recherche en mathématiques se pratique différemment d’un lieu à un autre. Quand j’étais étudiant, durant la guerre froide, je peux vous assurer qu’on n’attaquait pas les mathématiques à l’Est comme on le faisait à l’Ouest. Les mathématiques soviétiques étaient imprégnées de physique, ce qui n’était pas du tout le cas des mathématiques françaises influencées, dans les années 1960-1970, par le groupe Bourbaki. Les mathématiques ont une histoire ; les choix que l’on fait, les styles d’approches sont marqués par une culture locale.

(...)

... on ne peut nier que les élèves français manquent d’appétence pour la discipline.

D’où vient ce manque d’appétence ?

Les élèves peuvent-ils avoir de l’appétence quand leurs maîtres n’en ont pas ? Dans un système éducatif où, en tout cas au primaire, 80 % des enseignants ont une formation en lettres ou en humanités, il ne faut pas s’étonner qu’ils puissent rester en retrait.

Il y a d’autres explications : les mathématiques souffrent d’un déficit d’image dans la société, lié au caractère sélectif qu’on leur donne. Depuis des décennies, notre système scolaire a établi une équation qui met sur le même plan « mathématiques » et « intelligence ». On n’a guère le droit d’être mauvais en maths ; c’est même la grande peur des enfants comme des parents, et ce degré d’anxiété ne se retrouve nulle part ailleurs.

(...)

On entend beaucoup parler de la « méthode de Singapour ». Le ministre de l’éducation en fait une référence. Que pensez-vous de cette approche ?

Je ne la connais pas bien. Mais de ce que j’en sais, appréhender l’addition en manipulant des réglettes – ou des bûchettes –, et en les regroupant par paquets, me semble aller dans le bon sens. Beaucoup de maîtres le font sans doute déjà sans mettre de nom dessus. Ce qui est certain, c’est qu’imposer aux enseignants, d’en haut, un « c’est ça qu’il faut faire » est inaudible. Les enseignants voient les réformes arriver comme des vagues, alors qu’ils ont besoin de sérénité. Les polémiques récurrentes sur les programmes scolaires en sont un bon exemple : on s’enflamme sur une possible énième réforme, alors que, pour les professeurs, ces programmes ne sont qu’une trame générale, sur laquelle ils brodent.

Il faut leur apporter des ressources, de la formation ; mais ils connaissent, eux, mieux que quiconque les élèves qu’ils ont dans leur classe, et sont donc les mieux placés pour savoir quoi faire.

Propos recueillis par

L’entretien complet est à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :