Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

A Voir... Transit...

25 Février 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Cinéma

(...)

... avec Transit, Christian Petzold adapte le roman éponyme d’Anna Seghersn, qui se déroule pendant l’Occupation, dans le Marseille contemporain plutôt que d’en passer par la reconstitution historique. Mais il ne s’agit pas d’une transposition : les personnages agissent en 1940, mais dans le monde d’aujourd’hui. La clé du paradoxe est indécidable, on ne sait pas quelle conscience ils ont eux-mêmes du présent. C’est plutôt comme si deux temps se superposaient, en se croisant parfois, mais sans jamais totalement coïncider. Petzold évite ainsi le pire écueil possible : le tissage d’analogies claires entre les deux époques, entre l’occupation nazie et la police actuelle, ou entre les migrants et les Juifs tentant de fuir en Amérique, par exemple. C’est bien plus fin, mystérieux et angoissant que ça : ces rapports entre les deux époques agissent plutôt comme des échos, comme si le passé résonnait dans le présent et inversement. On peut aussi imaginer que les personnages sont des fantômes, évoluant indéfiniment dans un temps qu’ils ne savent pas révolu. Si le film se fige un peu dans une seconde partie très kafkaïenne, sa première demi-heure est impressionnante. Projetés dans un monde en guerre dont nous ne savons pas définir l’époque ni comprendre tous les enjeux, avec des personnages fuyant une répression imprécise, on peut se croire dans un film de science-fiction, dans un futur qui serait précisément la somme du présent et du passé.

Marcos Uzal Envoyé spécial à Berlin

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :