Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

La “politique sociale” de Jean-Michel Blanquer ne satisfait pas les enseignants du 93...

19 Décembre 2017 , Rédigé par VousNousIls Publié dans #Education, #Politique

La “politique sociale” de Jean-Michel Blanquer ne satisfait pas les enseignants du 93...

EXTRAITS

Jean-Michel Blanquer mène-t-il une "politique sociale", comme il le dit lui-même? Ce n'est pas l'avis de tous les enseignants du 93.

« Jamais une action en matière d’éducation n’a été aussi sociale, au moins depuis 20 ans », a déclaré le ministre de l’Éducation nationale, lors de son discours au congrès du MODEM, pour qualifier sa propre politique. Il est vrai que depuis sa prise de fonction, Jean-Michel Blanquer n’a cessé de mettre en avant ses mesures en faveur des populations les plus précaires : classes de CP dédoublées en REP+, prime pour les enseignants qui y travaillent.

Pourtant, jeudi 14 décembre, quelques jours avant cette déclaration, des enseignants de Seine-Saint-Denis (93)  s’étaient mis en grève à l’appel des syndicats FO, CGT, FSU, SUD et CNT. Un mouvement social particulièrement suivi dans le premier degré, (30% de grévistes selon le Snuipp-FSU, 15% selon le rectorat), notamment dans des villes comme Montreuil et Aubervilliers, avec près de 50% de grévistes selon le Snuipp-FSU. Le tout soutenu par une manifestation dans les rues de Paris où, selon le syndicat, 600 personnes défilaient.

“Il nous faut envoyer un signal fort au ministère avant la répartition des dotations aux académies et aux départements », déclare Rachel Schneider du SNUipp-FSU. Une grève « d’alerte » en somme, et non « de réaction », alors que le nombre de postes octroyés au département et à l’académie de Créteil va être décidé cet hiver. Une manière de montrer que dans ce département, où les conditions d’enseignement et d’apprentissage sont difficiles puisque 60% des écoles primaires et collèges sont classées en réseau d’éducation prioritaires, les enseignants ont toujours des revendications à faire entendre.

(...)

Comment dédoubler les CP dans de bonnes conditions ?

Qui pourra reprocher à Jean-Michel Blanquer sa mesure sur les dédoublements de CP dans les établissements classés en REP+ ? « La réduction d’élèves par classe ? Cela fait des années que nous la demandons », s’amuse Maxime Besselievre, secrétaire général de la CGT Educ’action 93. Pourtant la réfome est loin de faire l’unanimité parmi les syndicats mobilisés. Et pour cause, elle a été mise en place dès la rentrée 2017 mais aucun moyen supplémentaire n’a été alloué, le budget de l’Éducation nationale ainsi que les dotations aux académies ayant été décidées sous l’ancien gouvernement. « Pour dédoubler les CP en REP+, il a donc fallu affaiblir le dispositif, plus de maîtres que de profs, mis en place par l’ancien gouvernement, ce qui a finalement dégradé les conditions de remplacement”, constate Maxime Besselievre.

(...)

Guillaume Bernard

A lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :