Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Cette Ecole qu'on déconstruit... Dans un silence inquiétant...

3 Décembre 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique

Cette Ecole qu'on déconstruit... Dans un silence inquiétant...

En quelques semaines, de multiples annonces ont envahi, voire saturé, l'espace médiatico/éducatif.

Parmi toutes les annonces, deux d'entre elles ont retenu l'attention davantage que d'autres:

- le "retour" du redoublement. Les guillemets indiquent ici que le terme est impropre puisque cet outil dont l'inutilité est démontrée par de nombreuses enquêtes et recherches n'a jamais été supprimé. D'exceptionnel il va devenir exceptionnel. C'est dire la révolution annoncée, pourtant commentée comme telle par de nombreux médias "grand public". 

- la semaine de 4 jours en primaire, semaine dont la supériorité pédagogique serait prouvée par des recherches scientifiques, recherches qui après quelques clics ne prouvaient en fait absolument rien allant dans ce sens.

Voir ci-dessous

Je passe - mais j'y reviendrai en temps voulu - sur la baisse drastique du nombre de postes ouverts aux concours. 

Baisse drastique qui n'est pas provoquée par la réforme du collège comme se plaisent ridiculement à le dire quelques "anti-tout", immobilisés en 2012/2017. Peut-être faudrait-il aller au secours de ces quelques-uns, "soldats japonais" perdus sur leurs îles sans savoir que la guerre est terminée depuis plusieurs mois. Sachant qu'il conviendrait utilement d'en engager une autre. Démocratique et pacifique, évidemment.

Voir ci-dessous

Au-delà de ces décisions qui ont été très commentées, parfois de manière superficielle, en d'autres occasions de manière beaucoup plus précise et sérieuse, il y a une politique éducative. Ce gouvernement, et pas un autre, celui-là, déconstruit le passé récent, pourtant appuyé sur la Loi, tout simplement la LOI de refondation du 8 juillet 2013.

Loi que beaucoup, aussi bien au sommet de l'Etat que dans le grand public et les différents médias  - auxquels je ne jette pas la pierre, sommés qu'ils sont de toujours aller au plus rapide, au plus immédiat - ont tendance à oublier. 

Et oublier une loi me semble être, quand même, le comble du mépris pour ce qui a été engagé et qui ne peut être remis en cause "comme ça", par quelques traits de plume, quelques signatures au bas de documents vertueusement classés dans des journaliers à soufflets...

Dans un silence, une apathie, une sidération, un découragement inquiétants...

Or cette politique éducative, nombreuses et nombreux sont celles et ceux parmi les enseignants qui peinent - le mot est faible - à en lire le projet. 

En revanche il est quelques certitudes:

- cette Ecole plait à DES enseignants refusant depuis toujours tout changement, plait à des électeurs de droite trouvant ou retrouvant dans ce ministère les accents anciens des de Robien, Darcos, Ferry (Luc) ou Chatel, plait hélas aussi à des parents qui ne peuvent compter que sur l'Ecole de la République, ces parents souvent peu informés qu'il est si aisé de rassurer en leur faisant croire en la supériorité du redoublement sur tout autre outil qui pourtant existe mais qu'on n'a pas le courage d'utiliser;

- cette Ecole très "technocratique", qui préfère des "enseignants/appliquant" bien plus que des "enseignant/réfléchissant", s'inscrit dans un modèle macronien productiviste où il faut réussir.

Il FAUT que l'élève transforme les savoirs en "réussite". En 100% de "réussite" au CP! Diable, si tôt? Réussir à 6 ans... Une injonction!

Et si l'élève ne "réussit" pas? Ah mince! On n'avait pas pensé à celui-là...

"Il est toujours plus aisé de dire comment on sélectionne les meilleurs que de dire ce que l’on fait des autres” pour reprendre François Dubet.

Quant à la "réussite, le concept est ambigu. "Réussir" au CP sans avoir acquis ni autonomie ni liberté, est-ce encore la "réussite"?

- cette Ecole enfin semble ne pas révolter grand-monde. Tout passe, tout glisse, sans la moindre anicroche. Sans ces mouvements de foule et de houle qui, il y a si peu de temps, ondulaient en tempêtes au moindre mot d'une ministre qui, je le rappelle, appliquait la LOI de refondation de l'Ecole du 8 juillet 2013, loi toujours en vigueur...

Christophe Chartreux

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :