Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Charles Dantzig...

27 Octobre 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Des gestes meurent, et c'est triste. Ou non. L'humanité a inventé la nostalgie pour se faire croire qu'elle a de la morale, mais elle invente en permanence et avec amusement. Toutes les grandes choses ont été créées avec sérieux et amusement.  

Il est évident que, travaillant sans cesse, Proust s'est aussi amusé, en écrivant par exemple des scènes qui ne servent à rien dans son histoire, ni pour la compréhension des personnages ni pour la progression de l'"action", comme l'enchanteur passage des valets de pied à la soirée chez Mme de Saint-Euverte, où "un grand gaillard en livrée rêvait, immobile, sculptural, inutile, comme ce guerrier purement décoratif qu'on voit dans les tableaux les plus tumultueux de Mantegna, songer, appuyé sur son bouclier, tandis qu'on se précipite et qu'on s'égorge à côté de lui". Des gestes naissent. Qui sait si les seconds n'ont pas existé jadis et ne font pas que ressortir d'une armoire où les premiers vont se ranger? Rien meurt-il jamais? 

Très gai est le geste de la femme qui vient de garer sa voiture et, le dos tourné, la verrouille à distance avec sa clef électronique, le bras plié en arrière. "Je ne vais pas me laisser embêter par des contraintes pratiques." Quant à savoir pourquoi les femmes n'ont en général que de petites voitures, je le laisse à la réflexion sur les symboles que se réserve le mâle hétérosexuel. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :