Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Pour une discipline intelligente...

30 Septembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education

Pour une discipline intelligente...

EXTRAITS

Périodiquement reviennent sur le tapis la question de l’ « autorité », les accusations d’une école trop laxiste, la demande de toujours plus de sanctions, plébiscitée dans les sondages. Les grands prêtres du « Yaka » sévissent alors et il est difficile de faire entendre une autre voix, même quand il s’agit d’experts particulièrement qualifiés et au fait de ce qui se passe sur le terrain. C’est pourquoi il est utile de donner la parole à Éric Debarbieux.

(...)

Laxisme des pédagogues ?

Redisons-le, les ci-devant « pédagogues » n’ont jamais été des ennemis du savoir, contrairement à l’antienne monodique de la liturgie néoconservatrice, liturgie ouvertement liée à l’extrême droite chez certains des maîtres à chanter du chœur des pleureurs attitrés. Il est bien évident que les enseignants eux-mêmes ne transforment pas leurs classes en vaste foutoir et que le ridicule tue quand une ancienne ministre qui se positionne sur l’éducation, Rama Yade, va jusqu’à proférer que les réformes éducatives proposées par le gouvernement socialiste sont « le retour de Woodstock », c’est-à-dire d’une « idéologie post-soixante-huitarde qui consiste à donner tous les pouvoirs aux élèves, à dire que l’enfant est roi, à estimer qu’il ne faut pas lui demander d’efforts, que le mérite ne compte pas… ».

À un tel « niveau hallucinatoire », comme l’écrit le journaliste Luc Cédelle, qui suit depuis longtemps cette mouvance idéologique, on se demandera ce qu’est ce « retour » impliquant que l’Éducation nationale aurait donc connu Woodstock, peace & love à tous les étages, pendant assez longtemps on l’imagine, vu l’ancienneté de la référence. Il y a de quoi pleurer… de rire devant de telles énormités, méprisantes pour les enseignants. Mais comme le rappelle encore Luc Cédelle, le drame est que quand ces propos sont tenus, eh bien, non, personne n’est plié de rire : « C’est cela la force de la bataille idéologique et médiatique : banaliser des énormités jusqu’à leur conférer une respectabilité qui coupe court au scandale comme à la moquerie. »

Éric Debarbieux
Directeur de l’Observatoire national de la violence à l’école
Vient de publier Ne tirez pas sur l’école (recension prochainement dans les Cahiers)

À lire également sur le site des Cahiers Pédagogiques

L’école face à la violence : décrire, expliquer, agir, recension du livre d’Éric Debarbieux

Le climat scolaire en question, par Laurence Cohen

Quelle autorité à l’école ?, antidote n°8, par Bruno Robbes

Le retour des vieilles lunes, par Éric Debarbieux

L’autorité éducative. La construire et l’exercer, questions à Bruno Robbes

Violences à l’école : ce qu’on sait et ce qui marche, entretien avec Éric Debarbieux

La totalité du billet est à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :