Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

C'était en août 2017... Monsieur le Président, la semaine de 4 jours est une déscolarisation institutionnelle... Par Jean-Paul Delahaye...

30 Décembre 2017 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education, #Politique

Résultat de recherche d'images pour "semaine de quatre jours"

Chaque jour, un "article" revenant sur l'année 2017...

Un choix arbitraire...

Mais de coeur...

Christophe Chartreux

                        _____________________________________

EXTRAIT

Monsieur le Président, votre décision de rendre à nouveau possible la semaine de 4 jours est une désolarisation institutionnelle. C'est une facilité qui signe un retour aux errements de 2008. Cette capitulation devant les intérêts particuliers est un coup porté à tous les enfants en général mais singulièrement aux enfants des milieux populaires qui n’ont que l’école pour construire leur devenir.

Jean-Paul Delahaye

Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (2012-2014)

Monsieur le Président de la République, la semaine de 4 jours est une déscolarisation institutionnelle

Nous sommes un curieux pays, Monsieur le Président de la République, qui considère que les enfants apprendront d’autant mieux qu’ils fréquenteront moins l’école primaire. Pourtant, comme vous le savez, les mauvais résultats de 30 % de nos élèves de 15 ans aux évaluations nationales et internationales proviennent pour l’essentiel de difficultés non résolues au début de leur scolarité. Or, en 2008, le gouvernement de l’époque a décidé contre toute logique de supprimer une matinée de classe à l’école primaire française, c’est-à-dire de priver les enfants d’un bon temps scolaire, en concentrant les 24 h de classe sur 4 lourdes journées de 6h. Une exception sur la planète qui a eu pour conséquence de réduire le temps scolaire de nos élèves du primaire à 144 jours de classe, contre par exemple 190 pour les enfants du Royaume-Uni, 210 pour ceux d’Italie et du Danemark. Mais il est vrai que, suite à cette décision nuisible aux enfants, les collectivités locales ont fait des économies de fonctionnement et de transport scolaire, les parents qui le pouvaient ont pu combler ce manque d’école en finançant des activités complémentaires et les enseignants ont bénéficié d’une organisation leur enlevant une matinée de classe. Comme le disait en 2010 le directeur général de l’enseignement scolaire, qui est aujourd’hui votre ministre, tout cela a été rendu possible parce que "le monde des adultes s’est entendu sur le monde des enfants". Et il avait parfaitement raison.

Plusieurs textes majeurs ont d’ailleurs rapidement dénoncé cette décision. Je crois utile, Monsieur le Président, de vous les rappeler car ils n’ont peut-être pas été portés à votre connaissance. Ils sont toujours d’actualité.

(...)

Jean-Paul Delahaye

Le billet complet (d'une très grande hauteur de vue) est à retrouver en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :