Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Quand murissent les blés... A mes élèves...

5 Juillet 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education

Quand murissent les blés... A mes élèves...

Quand mûrissent les blés…

La campagne normande, humide sous un ciel gris qui n’en finit pas de pleurer, frissonne sous le vent qui plie et tord les arbres, les sculpte. Les blés sont encore verts mais déjà hauts. Je marche seul sur un chemin qui descend vers le bourg. Il s’étale, se vautre presque, alangui le long de la rivière qui chante en accompagnant les cris aigus des élèves. Les vacances sont là, toutes proches désormais. Je m’arrête un instant et je regarde, j’écoute. Je m’enivre des parfums tout neufs, exhalés de mille fleurs dont je ne sais rien d’autre que la beauté. Je sursaute au chant d’un oiseau apeuré et qui fuit. Voilà trente-trois ans, j’arrivais ici, jeune enseignant enthousiaste et heureux de suivre les pas de mon père. Les ruines du château côtoient toujours l’architecture hideuse du collège. Je me suis toujours demandé pour quelles étranges raisons nos établissements scolaires étaient parfois si laids… Et pourtant, quel bonheur chaque matin de retrouver les couloirs, la salle de classe, MA salle de classe et MES élèves ! « Bonjour Monsieur! Alors en ballade ? ». C’est un parent d’élève, juché sur son tracteur, qui m’interpelle… Oui en ballade, une ballade loin de tout, à l’écart du monde, de ses soubresauts, de ses drames petits et grands, sur un chemin vert qui pourtant me ramènera forcément vers le collège, forcément et heureusement !

Pierre, le petit Pierre passe en cinquième. Avec des difficultés majeures encore. Mes collègues et moi-même avons pansé les plaies de son orthographe meurtrie. Il sépare les mots maintenant… Son bonheur fait plaisir à voir. Blond comme on l’est souvent en Normandie, terre viking, le visage pâle transformant son sourire en éclat vermillon. Dans deux mois, Pierre reviendra s’asseoir devant ses professeurs… Pourvu que les vacances n’effacent pas ses efforts…

Stéphanie a, m’a-t-elle dit, réussi son Brevet. Je n’en doutais pas. Aussi brune que Pierre peut être blond, elle rit. Elle rit toujours ! Le lycée va lui ouvrir ses portes et elle y réussira, je le sais. Par ses efforts, son bonheur d’apprendre, sa curiosité toujours en éveil, ce petit oiseau fou prendra son envol. Nous l’y avons aidée… Elle quitte le nid… Bel oiseau dans le ciel de son propre avenir, un ciel bleu celui-là…

Je reprends ma marche, en relevant mon col. Il pleut et l’eau s’infiltre partout. Un grand nombre de collègues quitte le collège cette année. Une équipe pédagogique est un terrain mouvant. Mais c’est peut être bien ainsi. De nouveaux partenaires vont arriver, expérimentés ou pas. Il faudra recommencer, apprendre à nous connaître, peut-être à nous défier… J’ai toute la côte à remonter et la pluie redouble… Dans le bourg, les parapluies se précipitent vers les voitures garées sur la place. Un ballet multicolore, des petits ciels de plastique sur lesquels viennent mourir les gouttes… Les seize années de mon adolescence au Maroc m’ont définitivement fâché avec la pluie… Il faudra que je demande mon emploi du temps de l’an prochain… Cela ne m’a jamais inquiété. Je n’ai jamais contesté les moindres répartitions horaires. A quoi bon ? Pourtant, certaines d’entre elles comportaient des aberrations… Deux heures de français en sixième de quinze a dix-sept heures ! Quelle ineptie ! il y aurait tant à faire à ce sujet… A mes jeunes collègues de se battre pour démolir les murs de la bêtise… Je les y aiderai. Un chien se jette à la barrière en m’entendant accélérer le pas… Même les chiens se méfient des passants en Normandie…

Enseigner ! Je souhaite à toutes celles et ceux qui ont choisi ce métier de l’aimer. Oh je sais parfaitement que je suis un privilégié, en aucun cas un exemple. Ces quelques chapitres n’ont été qu’un témoignage de ma passion, exercée dans un établissement rural, à l’abri des soucis quotidiens de mes collègues urbains. Je sais leurs difficultés, leur découragement, mais aussi leur patience et leur foi. Notre profession a besoin de considération. La considération de notre hiérarchie, des parents, des élèves. Mais pour l’obtenir, ne faudrait-il pas tout simplement nous considérer nous-mêmes et considérer les autres ? Echanger, partager davantage…Oser les expériences, le dialogue permanent… Accepter l’erreur pour mieux la corriger… Féliciter l’élève brillant sans blâmer celui en difficultés…Refuser l’à-peu-près pour permettre à chacun d’atteindre « son » excellence. Sortir enfin des discours de chapelles pour poursuivre ensemble à la refondation nécessaire de notre Education Nationale.

J’ai rejoint le parking… Ma voiture m’attend… Je regarde le collège… Il ruisselle quand mûrissent les blés… Il pleure peut-être de ne plus voir ce qui en fait sa raison de vivre :

les élèves, nos élèves !

Christophe Chartreux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :