Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Semaine de quatre jours : l’argumentaire à charge d’un parent d’élèves...

22 Juin 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Pédagogie

Résultat de recherche d'images pour "4"

EXTRAIT

Ce père de deux enfants scolarisés dans une commune du Rhône, représentant des parents d’élèves dans leur école, est aussi chercheur en biologie, enseignant à l’Université. L’argumentation scientifique lui tient à cœur de par son métier, il a donc lu avec attention les rapports sur les rythmes scolaires afin de se forger son propre avis, qu’il a exposé à d’autres parents élus de sa commune.

La municipalité de ma commune souhaite le retour dès septembre à la semaine de quatre jours d’école. Je n’ai pas pu pour des raisons personnelles aller à une réunion organisée à la mairie il y a quelques jours. Je le regrette, car j’aurais peut être pu y exposer les arguments scientifiques indiquant qu’une semaine de quatre jours est la pire des solutions comme organisation scolaire. J’ai fait part de mes arguments à à la représentante de la mairie en conseil d’école mais elle n’a pas paru sensible aux arguments que je défendais, même basés sur des études scientifiques très sérieuse. Clairement, ce retour en arrière n’est fait que pour des considérations budgétaires. Rien d’autre.

Pour ma part, je suis farouchement opposé au retour à la semaine de quatre jours. D’un point de vue personnel, je ne pense pas que ce retour à quatre jours d’école impacterait l’apprentissage scolaire de mes enfants, car ils feront des activités extrascolaires le mercredi pour compenser l’absence de temps scolaire. Mais en tant que représentant des parents d’élèves et scientifique, je ne peux que m’offusquer de ce retour en arrière qui va être décidé à la va-vite, sans concertation.

La pire des solutions

Concernant les enfants en école élémentaire, le retour à la semaine de quatre jours serait la pire solution pour l’apprentissage des enfants, surtout pour ceux des milieux défavorisés. On le sait depuis des dizaines d’années grâce aux connaissances accumulées sur les rythmes biologiques journalier et hebdomadaire des enfants. Pour une bonne concentration, et donc un bon apprentissage le jeudi, il faut qu’il y ait école le mercredi matin. Ce phénomène n’est pas observé pour les enfants des milieux aisés car l’absence d’école le mercredi matin sera compensée par des activités extrascolaires qui les stimuleront intellectuellement.

En tant que représentant des parents d’élèves, je ne peux pas cautionner une mesure qui va creuser un peu plus les inégalités à l’école.

La représentante de la mairie m’a demandé de lui envoyer les notes et rapports sur ce sujet. Je lui ai compilé mes notes que voici et qui j’espère persuaderont les parents des école de ma commune de voter contre la semaine de quatre jours. Tous les rapports évoqués ont été écrits après compilation de données scientifiques.

Premier document à lire : la note de synthèse du rapport du Sénat sur la réforme des rythmes scolaires publié ce mois-ci. Dirigée par deux sénateurs Les Républicains, un socialiste et un communiste, vice-président du Sénat.

Dans les cinq principales recommandations, il est écrit « Ne pas revenir à la situation antérieure à la réforme de 2013 », c’est à dire la semaine de quatre jours, qui est le pire système pour l’apprentissage des élèves.

(...)

Erwan Gueguen

A lire également sur notre site :

Rythmes scolaires : sur l’air d’un pas en avant, trois pas en arrière
Par François Testu

Rythmes scolaires : à la recherche du tempo perdu
Dossier à télécharger gratuitement

Non à l’éternel retour
Par Denis Paget

« Cette réforme n’a pas créé d’inégalités, elle les a révélées et doit contribuer à les combler. »
Entretien avec Françoise Cartron

Les rythmes scolaires : de l’imagination et du courage !
Par Patrice Bride

Les rythmes scolaires à l’ordre du jour des députés
Par Patrice Bride

Les rythmes veille/sommeil, les rythmes scolaires, les rythmes et les compétences-socles
par René Clarisse

Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire
Par Hubert Montagner

Le billet complet est à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article

Repost 0