Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

"Pour Julie, un redoublement ne serait-il pas souhaitable?"...

11 Juin 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Pédagogie

Livres, Étudiant, Apprendre, Lire

Le mois de juin dans tous les collèges de France, de Navarre et d'ailleurs, est celui des réunions en tout genre. Le dernier conseil d'administration et les derniers conseils de classe...

"Monsieur, vous croyez que je vais passer?"

Cette question-là revient souvent dans la bouche des élèves. J'ai pris l'habitude depuis une dizaine d'année de leur annoncer, individuellement et en particulier, ce que je dirai de leur trimestre et de leur année pendant le conseil de classe qui les concerne. De leur année en effet car j'ai trop souvent été choqué par le fait que bien des décisions étaient prises après l'examen des résultats du troisième trimestre seulement.

"On pourrait se passer des six premiers mois et commencer l' année en avril pour l'arrêter en juin" ai-je osé dire un jour à un Principal, sur un ton mi-amusé, mi-énervé. Je ne me suis pas fait que des amis. Mais quoi, nos élèves travaillent, et nous avec eux, depuis septembre non?

"Pour Julie, un redoublement ne serait-il pas souhaitable?"

Le redoublement... La grande peur de Julie, de Selim ou de Paul... L'humiliation, la sanction suprême... La rupture avec les copines et les copains... J'ai moi-même vécu cette épreuve. J'arrivais du Maroc et l'adaptation à la France a été douloureuse. J'avoue aussi que cette année-là, je n'avais pas fait beaucoup d'efforts. J'ai donc "repiqué" à l'identique pour les programmes, parfois avec les mêmes professeurs, souvent avec les mêmes exercices, toujours dans le plus grand ennui. Et, en travaillant encore moins, je suis passé...

"Le redoublement doit être profitable aux élèves dont l'équipe pédagogique est certaine qu'il leur sera utile" nous dit-on souvent. Il ne doit plus être une sanction. J'approuve cette manière de voir les choses. Mais je persiste à penser qu'il s'agit d'un pis-aller.

Le redoublement est une des très rares solutions, dans un système cloisonné, qui n'autorise pas l'élève en difficulté à pallier ses lacunes en cours d'année, si ce n'est par quelques mesurettes qui donnent bonne conscience à défaut de résultats tangibles.

Le redoublement, même s'il est moins fréquent que du temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, est le symbole de l'enfermement né de l'organisation du système. Julie a souffert toute l'année... Elle n'a pas beaucoup travaillé non plus, c'est vrai... Mais voila, elle est en quatrième, elle restera en quatrième toute l'année suivante. Aucune passerelle possible, aucune remédiation et, de mauvaises notes en mauvaises notes, d'incompréhension en incompréhension, elle perd pied, elle se noie. "Une élève à la mer!"... Oui, mais on n' a pas de bouée... Alors nage, Julie, comme tu peux... Le prochain bateau te prendra à son bord pour recommencer la traversée... Tu n'as pas aimé le premier voyage ? Tant pis ! Tu en subiras un second, à l'identique ! Mal de mer inclus dans le prix du billet!

Plus les années passent, moins j'apprécie le cérémonial administratif de ces conseils de classe. Nous cautionnons un mode de fonctionnement à mes yeux obsolète, parfois d'une injustice flagrante, mais qui nous donne une certaine importance. Beaucoup de destins se jouent pendant une heure, une heure seulement pour décider d'une orientation, d'une vie. C'est terrifiant! Oh bien sûr, ils se jouent aussi tout au long de l'année... Comme me l'a vertement fait remarquer un collègue :

"Tout compte fait, c'est de leur faute s'ils redoublent! Les principaux responsables, c'est eux quoi!"

Alors nage Julie... Nage jusqu'à l'épuisement, jusqu'au dégoût... On n'a pas les bouées... Mais ce n'est pas de notre faute... La seule coupable, c'est toi !

Pour nous, tout va bien... Juillet est en vue...

Christophe Chartreux

Partager cet article

Repost 0