Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

« Le redoublement est une politique coûteuse et inefficace »...

17 Juin 2017 , Rédigé par Alternatives Economiques Publié dans #Education

Résultat de recherche d'images pour "redoublement scolaire"

EXTRAITS

La politique du nouveau ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, va vraisemblablement marquer une rupture par rapport au dernier quinquennat. Dernière illustration en date de ce virage, les déclarations du ministre à propos du redoublement. Jean-Michel Blanquer a ainsi annoncé dans le Parisien qu’il comptait de nouveau promouvoir le redoublement pour les élèves en difficultés, en primaire et au collège. « Il n’est pas normal d’interdire le redoublement. Il y a quelque chose d’absurde à laisser passer de classe en classe des élèves accumulant les retards », confiait-il au journal. Ces déclarations prennent le contre-pied de la précédente ministre, Najat Vallaud-Belkacem, qui avait publié en novembre 2014 un décret pour rendre le redoublement « exceptionnel » et conditionné à « l’accord écrit des représentants légaux de l’élève ou de l’élève lui-même, si celui-ci est majeur ». Entretien avec le sociologue Pierre Merle, spécialiste des questions scolaire, pour qui favoriser à nouveau le redoublement ne permettra pas d’améliorer le niveau des élèves.

Quel regard portez-vous sur les annonces de Jean-Michel Blanquer concernant le redoublement ?

C’est une politique incompréhensible. L’école française se caractérise déjà par un des taux de redoublement les plus élevés d’Europe. Depuis plusieurs années, ce taux baisse dans tous les pays, car la recherche a montré que le redoublement est une politique coûteuse et inefficace. De plus, si le décret de 2014 publié par Najat Vallaud-Belkacem limitait fortement la possibilité de faire redoubler un élève, il autorisait toutefois celui-ci pour les élèves de 3e et de 2nde.

(...)

Pourquoi pensez-vous que le redoublement est une mauvaise chose ?

Tout d’abord, des études, notamment un rapport de la Cour des comptes, ont montré que le redoublement coûte cher, pour une efficacité faible. Ensuite, de nombreuses recherches françaises et anglo-saxonnes ont eu pour objectif de suivre la scolarité d’élèves faibles.

On s’est aperçu que les résultats des élèves faibles étaient généralement bons lors de leur redoublement, mais seulement à court terme. Dans la suite de leur scolarité, ils réussissent moins que les élèves de même niveau qui sont passés de justesse dans la classe supérieure. Malheureusement, en France, les recherches scientifiques sont souvent peu connues des décideurs.

(...)

Comment éviter le redoublement alors ?

Le redoublement est une mauvaise réponse à un réel problème : la faiblesse des élèves. Il existe plusieurs manières de lutter contre celle-ci. Il existe par exemple des systèmes d’aide aux élèves évalués positivement, comme le programme PARLER, en primaire, qui aide à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture grâce à la prise de parole.

Le système de notation français décourage aussi beaucoup d’élèves et entretien leurs mauvais résultats. En Finlande, les notes sont très peu présentes et les élèves apprennent mieux, sans que les notes deviennent leur principale préoccupation. En Allemagne, les élèves sont notés sur 6, ce qui permet de ne pas trop affaiblir leur moyenne en cas de note exceptionnellement basse. En France, un élève qui commence son année scolaire avec un 5/20 est forcément démotivé.

(...)

Propos recueillis par Antonin Gouze

Entretien à lire dans son intégralité ci-dessous

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :