Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Assemblée : les faux-semblants du renouvellement...

21 Juin 2017 , Rédigé par Liberation Publié dans #Politique

Conseil, École, Actualités, Nouvelles

EXTRAITS

La promesse d’un nouveau personnel politique a sans doute été un puissant argument de vote en faveur des candidats En marche. Mais l’arrivée de ces novices pourrait n’avoir d’autre effet que de servir une mythologie du changement.

Durant toute la campagne électorale, Emmanuel Macron n’a eu de cesse d’appeler au renouvellement de la vie politique. Ses tirades désormais célèbres sur la «caste» qui gouvernerait le pays, sur la «profession réglementée» ou «l’entre-soi nauséabond» que serait devenue la politique ont fait mouche. Les promesses d’un nouveau personnel politique, largement issu de la «société civile», ont été de puissants arguments de campagne du candidat En marche.

(...)

Pourtant, réaliser ce renouvellement sans s’intéresser à l’architecture du pouvoir pourrait bien être relativement inutile, voire s’avérer contre-productif. Inutile parce qu’en l’état du fonctionnement des institutions, la place conférée aux parlementaires dans le régime de la Ve République est limitée. Contraints dans leur initiative par une division des pouvoirs qui privilégie fortement le gouvernement, dotés de moyens de contrôle de l’exécutif plus faibles que dans de nombreux autres pays, les députés sont toujours sous la menace des différentes mesures destinées à éviter leur trop grande indiscipline. Lors du précédent quinquennat, les frondeurs du Parti socialiste ont éprouvé la faiblesse des marges de manœuvre laissées aux dissidents dans le régime actuel. Ils n’ont d’ailleurs jamais triomphé.

(...)

Du point de vue démocratique, l’arrivée de vrais novices en politique (vierges de mandat et d’expériences au sein d’organisations politiques ou en tant que collaborateurs d’élus ) pourrait même s’avérer contre-productive. Car s’il est un seul argument en faveur de la professionnalisation de la politique, c’est probablement celui du professionnalisme, l’expertise que l’engagement politique de long terme permet d’accumuler. Or, en appelant de ses vœux un Parlement largement renouvelé, et ce dans un contexte où l’entrée en vigueur de la loi sur le non-cumul des mandats fait que les députés de 2017 sont ceux qui ont le moins d’expérience parlementaire depuis plus de quatre décennies, le président de la République se retrouve face à une Assemblée profane, donc moins en mesure de s’opposer. L’équilibre des pouvoirs tend à être encore plus asymétrique qu’à l’habitude.

(...)

Sébastien Michon Sociologue au CNRS, université de Strasbourg

Le billet complet est à retrouver en cliquant ci-dessous

Partager cet article

Repost 0