Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Vous avez dit : « Débat »?

5 Mai 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Politique

Résultat de recherche d'images pour "debat macron le pen"

EXTRAIT

Comment débattre encore en classe, alors que l’actualité politique montre de désastreux exemples de dévoiement de la parole publique et de l’exercice du débat ?

Il y a débat, et débat.

Jeudi dernier, le lendemain du dit «  débat d’entre-deux tours  », l’atelier de philosophie que j’anime depuis plusieurs années dans mon établissement se déroule comme d’habitude, pendant l’heure de midi. Ils sont une quinzaine qui viennent, toutes les semaines, volontaires acceptant de limiter leur temps de midi pour s’asseoir en rond dans ma salle pour pratiquer la DVDP. Cela veut dire : discussion à visée démocratique et philosophique. Il s’agit d’un outil patiemment mis au point par Michel Tozzi, entre autres personnes, et qui fait partie de la sphère plus large des débats philosophiques, des nouvelles pratiques philosophiques1. On s’assoit, on désigne un président, un reformulateur, et si on est nombreux, un secrétaire, des observateurs. Le dispositif est à la fois rigoureux et souple. Des cartels plastifiés rappellent les fonctions, ce à quoi elles correspondent.

Le président fait attention au respect des règles, distribue la parole par ordre d’inscription en priorité à ceux qui n’ont pas parlé, sollicite ceux qui ne disent rien pour qu’ils interviennent, s’ils le veulent. Il ne participe pas directement au débat, mais son rôle est fondamental : c’est lui qui fait parler !

Le reformulateur «  redit avec ses mots ce qui vient d’être dit, à la demande de l’animateur. Il doit écouter et rester fidèle à la parole de ceux qui débattent   ». Il ne participe pas directement au débat ; il écoute la parole de l’autre et lui donne du sens ! Merveilleux dispositif.

Le cadre est strict, il est le garant de l’écoute de l’autre, de sa propre écoute, et de la qualité de la réflexion. L’animateur – en collège l’enseignant – doit faire attention à la circulation du sens ; il est attentif à ce que les participants restent concentrés sur le sujet et doit faire abstraction de son propre désir, de ses propres connaissances, de ses souvenirs : les connaissances émergent du discours régulé et réfléchi.

(...)

Jean-Charles Léon

Billet à retrouver dans son intégralité en cliquant ci-dessous

Partager cet article

Repost 0