Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

La Belgique sceptique: "Inutiles", "chronophages"... : les devoirs à la maison ont-ils encore un sens?...

6 Mai 2017 , Rédigé par RTL Belgique Publié dans #Education, #Pédagogie

Les nouvelles écoles de devoirs vont bénéficier d'une subvention de lancement de 5.000 euros dès leur reconnaissance par l’Office de la naissance de l’enfance (ONE). Une bonne nouvelle pour les familles qui disaient passer leur dimanche à faire les devoirs pour le lundi. Une bonne nouvelle aussi pour l'apprentissage en tant que tel: selon les experts, la maison n'est pas le bon endroit pour faire les devoirs.

Dix à quinze nouvelles écoles de devoirs se créent chaque année, ce qui ne permet pas d'absorber les demandes. Deux tiers des écoles de devoirs gèrent des listes d'attente, surtout à Bruxelles où ce pourcentage atteint 93%. La Fédération Wallonie-Bruxelles compte 346 écoles de devoirs reconnues, lesquelles aident plus de 16.000 enfants et adolescents au total. Le secteur fonctionne en bonne partie grâce à des bénévoles. Ces écoles de devoir sont soit gratuites soit demandent de l’ordre de deux euros par jour.

Attention, les devoirs sont très réglementés

Le décret sur les devoirs à domicile du 29 mars 2001, régule la durée, le contenu et l’évaluation des devoirs à domicile (uniquement) dans l’enseignement primaire. Les devoirs sont interdits jusqu'à la deuxième primaire (incluse). Ils sont estimés à 20 minutes pour la 3e et 4e primaire et 30 minutes pour la 5e et 6e primaire. Cela dit, dans la pratique, ces temps sont peu respectés, d'après Delphine Chabert de la Ligue des familles. "Des familles nous disent que les parents passent leur dimanche après-midi à faire des devoirs pour le lundi matin. Et on parle de 3, 4 heures passées à faire cela", dit-elle.

Notez que les devoirs à domicile doivent pouvoir être réalisés seul, sans l’aide d’un adulte.

L'instituteur peut demander à un jeune enfant de présenter chez lui ce qu'il a fait à l'école

En maternelle, donc, comme en première et deuxième années primaires, l’enseignant ne peut pas donner de devoirs aux élèves. Il peut cependant leur demander de lire, de présenter à leurs familles (ou milieu de vie) ce qui a été réalisé pendant le temps scolaire. Les devoirs à domicile sont remplacés par des devoirs à l’école.

Est-ce utile, un devoir à la maison? "Pas tellement"

Notre journaliste Bernard Lobet a demandé au professeur Bernard Rey, du centre de recherches en sciences de l'éducation de l'ULB, si le devoir au fond est utile aux apprentissages en primaire. "Eh bien, pas tellement, dit le professeur. Sauf peut-être pour certains aspects des apprentissages, lorsqu'il s'agit de répéter. Par exemple, une table de multiplication. Ce peut être utile pour l'enfant de répéter un peu pendant cinq minutes chaque soir durant un mois. Mais dès qu'on passe à des apprentissages un peu plus compliqués, la maison n'est pas le bon endroit. Parce que l'instituteur doit mettre en place des activités spéciales pour faire comprendre, et ça, le papa ou la maman, même s'il a beaucoup de temps, de disponibilités et de bonne volonté, il ne saura pas le faire. La plupart des chercheurs disent que les devoirs à la maison ne servent pas à grand-chose".

Delphine Chabert, donne son avis sur les devoirs. Pour elle, c'est "mauvais lorsque c'est fait à la maison sans aucun cadre". "Les devoirs sont importants dans le parcours scolaire car ça va aider l'enfant à fixer les apprentissages, ça va lui apprendre l'autonomie. Ce qui n'est pas bon, c'est de le faire avec des parents qui sont derrière et n'ont pas les compétences. Des parents qui n'ont pas la patience, ne vont pas comprendre l'objectif du devoir et qui vont avoir une approche contrôlante plutôt que soutenante".

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :