Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Je serai un opposant constructif... Un opposant socialiste!...

8 Mai 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique

Résultat de recherche d'images pour "espoir"

Emmanuel Macron a été élu Président de la République.

Je l'en félicite et lui souhaite de réussir dans la très lourde tâche qui l'attend.

De réussir pour la France et les français. Tous les français.

Pour celles et ceux qui, par conviction ont accompagné le nouveau Président dans sa démarche. S'engager est toujours une attitude louable.

Pour celles et ceux très nombreux qui ont voté pour lui sans adhérer à son projet et ont néanmoins contribué à le porter au pouvoir, empêchant en même temps le Front National d'entrer à l'Elysée. 

Pour celles et ceux enfin, historiquement très nombreux, qui ont choisi le bulletin "Marine Le Pen". Ceux-là, souvent déclassés, souvent électeurs de gauche depuis des générations, devront être entendus. Si tel n'était pas le cas, si Emmanuel Macron persiste dans la volonté d'appliquer un projet qu'il faut bien appeler "libéral", tournant le dos aux acquis sociaux, affaiblissant les services publics, transformant le pays en une "start up" géante, alors d'autres électeurs iront grossir le flot des partis extrémistes, démagogiques et populistes.

Alors Emmanuel Macron n'aura été qu'un marchand de sable, un vendeur de rêves. De ce rêve d'une France sans clivage.

Car j'entends, je lis ici et là qu'il conviendrait de" dépasser les clivages".

J'entends, je lis ici et là que "la droite et la gauche, cela n'existe plus".

J'entends, je lis ici et là que le "rassemblement" serait la seule alternative au "modèle ancien de pratiquer la politique".

Cette petite musique, ce discours, j'en conteste la réalité. J'en dénonce la dangerosité à terme.

Les clivages gauche/droite sont là et bien là. Je dirai même: heureusement! Sans oublier cet autre clivage, superposé au précédent: exclus/inclus

Car que serait un pays bercé dans l'illusion d'une embrassade générale sinon un pays sans débat d'idées?

Que serait un peuple auquel il suffirait de dire que tout devrait aller bien, que l'optimisme devrait - dogmatiquement - régner en seul maître, que le rêve devrait prendre la place des réalités?

J'ai voté pour Manuel Valls, par conviction et cohérence lors du premier tour de la primaire. Puis, respectueux de mon engagement socialiste, j'ai totalement soutenu le vainqueur Benoit Hamon auquel j'ai donné ma voix au premier tour de l'élection présidentielle. Enfin, j'ai voté Emmanuel Macron pour empêcher la victoire de Marine Le Pen.

Pour autant, dès 20h01, j'ai retrouvé ma famille politique: le Parti Socialiste qu'il est hors de question que je quitte alors qu'il se trouve dans la difficulté. Je n'ai jamais trahi mes amis. Je n'ai jamais trahi mes valeurs, ces valeurs socialistes, clairement de gauche, incompatibles avec la majorité des aspects du projet porté par En Marche!.

Je serai un opposant constructif. Je n'hésiterai pas une seconde pour dire le bien que je pense de telle ou telle initiative. Mais je n'hésiterai pas une seconde pour m'opposer à tout ce qui me semblera aller à l'encontre des intérêts des plus faibles, des oubliés, des décrochés. A commencer par ce projet Education dont le moins qu'on puisse dire est qu'il passe à coté des véritables enjeux de l'école qui a besoin de temps long. Pas de mesurettes destinées à plaire à quelques-uns. Nous y reviendrons.

Quant au Parti Socialiste, il doit se refonder sous peine de disparaître.

Tel qu'il est aujourd'hui et si l'on ne change rien ou si peu, il est au yeux de millions de français un véritable repoussoir!

La ligne politique, ni sociale libérale, ni "insoumise", mais tout simplement SOCIALISTE, fièrement SOCIALISTE, portée par des personnalités prêtes à s'engager plus encore, doit être d'une clarté absolue.

Pour refonder - mot à la mode - ce Parti Socialiste, je crois - entre autres - à Najat Vallaud-Belkacem. Je parle ici de la "simple" militante qui n'a jamais trahi aucun de ses engagements et qui saura, si elle le souhaite, incarner nos idéaux les plus chers.

Et comme l' "homme providentiel" - ou la femme - n'existe que dans les rêves des illusionnistes, elle saura s'entourer et rassembler les forces vives d'un parti bien vivant!

Paix et Fraternité...

Christophe Chartreux, militant socialiste, section de Dieppe, Seine Maritime

Partager cet article

Repost 0