Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Pascal Quignard...

11 Mai 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Nous sommes à la merci d'images qui n'ont aucune source visuelle en nous. Nous avons vécu avant de naître. Nous avons rêvé avant de voir. Nous avons entendu avant d'être sujets à l'air. Nous sommes entrés en contact avec le langage avant d'être envahis par le souffle. Nous avons été soumis aux noms  et aux mots avant d'accéder à la maîtrise vocale. Nous avons prononcé et articulé ces mots et entonné  cette langue par sidération maternelle. De la même façon, la société où nous allons pénétrer, la langue à laquelle nous allons obéir, la durée  que nous allons éprouver, l'Histoire où nous allons nous engloutir, sont antérieures à notre conception. De la même manière, notre mère, notre père, leur excitation, leur étreinte, leur émotion, leur râle, leur ensommeillement, leur rêve, nous précèdent. Ce sont des fragments d'images impulsives, ou compulsives, ou plus simplement pulsives, spontanées, d'une seconde ou deux, par lesquelles le temps se précède lui-même dans l'invisible.

Nous sommes les pousses de l'antériorité invisible.        
Échos d'images.
Échos d'images nocturnes.
À la fois des fantômes que l'aube chaque jour foudroie  et des fantasmes que chaque veille déteste.

La nuit revient cependant et ces figurations inopinées s'offrent à des occasions peu à peu récurrentes. Les échos se répercutent au cours du temps au fond de nous, resurgissent    de manière imprévisible. Et comme leur imprégnation  date d'avant le langage, et leur surgissement d'avant nous-mêmes,  ils reviennent de façon nécessairement ineffable. Aussi  ne se communiquent-ils aux autres hommes qu'associés à  des macules, à des maladies, à des bouts de langage apeurants (des aveux angoissés, des récits difficiles à faire, des moments vides qui emplissent d'effroi, des abîmes).

Plusieurs fois par nuit ces moments-à-images-sans-source dressent irrésistiblement notre sexe ou ils le dilatent dans le sommeil.
Nos familles s'accroissent.

La société se reproduit.
C'est ainsi que la communauté humaine est directement intéressée dans son destin (son Histoire) à ces images involontaires du passé, antébiographiques, choquantes, préhumaines.

Dernier Royaume

Partager cet article

Repost 0