Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Revue de Presse Education... Macron et l’éducation - Préconisations - L’économie et l’Académie - Butinages...

6 Mars 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Politique

Revue de Presse Education... Macron et l’éducation - Préconisations - L’économie et l’Académie - Butinages...

Qu’avons nous au menu de ce bloc notes ? Le plat de résistance est politique avec le programme d’Emmanuel Macron dont nous analyserons la partie consacrée à l’éducation tout en déplorant que le débat en soit réduit à des questions annexes. Nous accompagnerons cela de quelques préconisations de saison. Avant de nous intéresser à l’économie, dont on fait tout un fromage... Et nous finirons par un dessert gourmand avec quelques lectures diverses et variées... Bon appétit.

Macron et l’éducation

Jeudi 2 mars, le programme d’Emmanuel Macron a été révélé. Le candidat l’a présenté à la presse notamment dans un long entretien au Parisien et mis en ligne sur son site .

Comme on n’est jamais aussi bien servi que par soi même je signale que j’ai consacré un billet de blog à l’éducation dans le programme de En Marche . Vous pourrez lire aussi des analyses de ce programme éducatif dans Le Monde ou dans Le Figaro . Pour Aurélie Collas dans Le Monde , “Le programme d’Emmanuel Macron sur l’éducation puise dans deux rhétoriques sur l’école. D’un côté, celle de François Hollande, de Vincent Peillon et de ses successeurs Rue de Grenelle : « investir », donner la « priorité » au primaire et aux zones d’éducation prioritaire (ZEP) pour lutter contre l’échec scolaire et les inégalités sociales. Des principes inscrits au cœur de la loi de refondation de l’école de 2013. De l’autre, la promesse d’une autonomie accrue des établissements, y compris en matière de recrutement des enseignants. Et la remise en cause, plus ou moins partielle et implicite, de la réforme des rythmes scolaires et de celle du collège. ”.

Si on rentre dans le détail des principales mesures, le candidat propose la création de « 4 000 à 5 000 » postes sur le prochain quinquennat – alors qu’il compte supprimer 120 000 postes de fonctionnaires. L’objectif principal est de limiter à 12 élèves dans les ZEP la taille des classes de CP et CE1 – actuellement, la moyenne est de 22,7 élèves en ZEP. Mais comme ces créations de postes ne seront pas suffisantes, il redéploierait également entre 6000 et 10.000 postes des 60.000 créés sous le quinquennat de François Hollande. En ce qui concerne le collège, Emmanuel Macron affirme qu’il réintroduira « le principe des classes bilangues ». Il annonce également « des parcours européens » et un véritable enseignement du latin et du grec. Dans Le Figaro , on apprend que dans un livre à paraître le 8 mars, deux journalistes affirment que Brigitte Macron, la femme du candidat, ancienne professeure de Français et lettres classiques dans un lycée privé parisien, « aimerait voir les heures d’EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) supprimées et celles de français et de maths rétablies ». Pour le lycée, il n’y a pas vraiment d’annonces, hormis celle d’une réforme du baccalauréat avec seulement quatre matières obligatoires à l’examen final. Mais quand on sait l’importance dans l’opinion de ce rituel, nul doute que cela suffise à alimenter la machine à polémiques.

Mais pourtant, ce n’est pas là dessus que l’attention s’est focalisée. Comme on pouvait le craindre, c’est la proposition d’interdire les portables qui est la plus commentée et suscite le plus de réactions. Ainsi , dans L’Obs, “François”, principal de collège affirme qu’il est pour les portables à l’École et que “interdire c’est impossible”. Pour lui, il vaut mieux éduquer qu’interdire. dans L’Obs, un prof de maths va même plus loin puisqu’il affirme qu’il utilise cet outil en classe. Que ce soit dans L’Express ou dans le Midi Libre , les avis d’enseignants et de chefs d’établissements sont mitigés et dubitatifs. Rappelons enfin que cette interdiction est déjà prévue par le Code de l’Éducation (loi du 12 juillet 2010 – art.183)

Plutôt que “de discuter de la pertinence ou non de cette mesure, on peut se poser la question du niveau d’importance de cette proposition (qui figure en 2ème position dans la plaquette du programme) par rapport à des questions comme l’autonomie, la priorité au primaire ou même la réforme du bac... ” (voilà maintenant que je m’auto-cite...). On a l’impression d’un “clin d’oeil” rétro destiné à complaire à une partie de l’électorat et qui fait diversion. Encore une fois, comme je l’ai déjà dit à plusieurs occasions, le débat sur l’École mériterait mieux.

(...)

Philippe Watrelot

Suite et fin en cliquant ci-dessous...

Partager cet article

Repost 0