Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Emmanuel Macron... Que d'intox!...

21 Mars 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Politique, #Macron

Résultat de recherche d'images pour "intox"

Les intox du grand débat de la présidentielle

EXTRAIT

(...)

«Les peines de moins de deux ans sont systématiquement non appliquées.»

Le candidat d’En marche, qui veut mettre un terme aux aménagements automatiques des courtes peines de prison, reprend quasiment mot pour mot les propos tenus par son porte-parole Christophe Castaner samedi soir dans l’émission On n’est pas couché, sur France 2. Castaner y avait déclaré : «Aujourd’hui, toute peine inférieure à deux ans ne fait l’objet d’aucun passage en prison. C’est automatique, il y a une négociation.»

Sauf que les deux commettent la même intox.

Ce qui est vrai, c’est que la réforme pénale de Rachida Dati de 2009 a systématisé l’aménagement des peines inférieures à deux ans, lesquelles aménagement débouchent effectivement le plus souvent sur des mesures alternatives à la prison ferme (ce qui au passage ne signifie pas que la, peine n’est pas «appliquée», comme le dit Macron, puisqu’une peine de prison ferme aménagée est considérée comme «exécutée»). Mais surtout, la réforme Dati n’implique pas que tous les condamnés à des peines de moins de deux ans évitent les barreaux.

Primo, les condamnés en situation de récidive voient leurs peines aménageables uniquement si celles-ci sont inférieures à 1 an, et pas deux ans. Deuzio – et surtout – nombre de condamnés filent directement en prison après l’audience en cas de mandat de dépôt prononcé par le tribunal, ce qui est fréquent lors des comparutions immédiates. Et ces peines-là ne sont pas aménagées.

Au total, selon les chiffres de l’administration pénitentiaire, au 1er janvier 2016, 43% des 46 600 détenus condamnés purgeaient des peines inférieures ou égales à deux ans. Environ 20 000, donc.

«32 000 personnes ont donné [à En marche, ndlr] le don moyen, c’est 50 euros»

Accusé d’être «le candidat des riches», Emmanuel Macron a tenté de se défendre… en expliquant avoir reçu 32 000 dons de 50 euros en moyenne. Pas de quoi crier au soutien des grands argentiers. Sauf qu’une multiplication basique permet d’aboutir, à partir des chiffres donnés par Macron lors du débat, à la somme récoltée de 1,6 million. Or, En marche revendique d’avoir récolté environ 7,5 millions d’euros auprès de 30 000 particuliers (rappelons, comme l’a fait le candidat que seuls les particuliers sont autorisés à faire un don pour une campagne présidentielle). Ce qui aboutit à des dons de 250 euros en moyenne. Cinq fois plus que ne le dit Macron.

En fait, Emmanuel Macron confond «moyenne» et «médiane». Il l’expliquait d’ailleurs très bien lui-même dans la Croix la semaine dernière. «Selon la loi électorale, nous avons refusé tout don d’entreprise ou de personne morale de droit privé et accepté des dons de personnes physiques entre 1 et 7 500 euros. Un peu plus de 30 000 personnes ont donné, avec un montant médian de 50 euros. Environ 2% des dons dépassent 5 000 euros». Fin décembre, son équipe de campagne affirmait d’ailleurs à Désintox que les dons étaient en moyenne de… 290 euros. Même si seulement 2% des dons dépassent les 5 000 euros, selon le comptage du candidat.

(...)

Cédric Mathiot , Pauline Moullot

Intox auxquelles on pourrait en ajouter d'autres, notamment dans le domaine de l'éducation:

1- Contrairement à ce qu'à affirmé Mr Macron, le nombre de décrocheurs scolaires n'est pas de 150 000 par an mais de 90 000. Ces progrès ont été obtenus grâce à l'action du gouvernement qu'il a abandonné en rase campagne);

Emmanuel Macron... Que d'intox!...

2- Mr Macron parle de dédoubler les classes de CP/CE1/CE2 (il semble ne pas savoir qu'on appelle cela le cycle 2) dans les zones d'éducation prioritaire.

Il omet de préciser qu'il n'a jamais consulté les communes, propriétaires des locaux, qui DEVRONT entreprendre d'onéreux travaux de construction de centaines de salles de classe. (Il n'a pas plus consulté les maires au sujet de l'exonération de la taxe d'habitation, maires vent debout contre cette idée).

Il omet de dire que les 4000 postes qu'il va "créer" ne sont que des prélèvement sur les 57 000 créés réellement, eux, par le Ministère de l'Education Nationale. Prélèvement du secondaire vers le primaire alors que la vague démographique va frapper collèges (ça a commencé) et lycées de plein fouet!

3- L’exagération d’Emmanuel Macron sur le niveau des écoliers

"Les statistiques du ministère de l’éducation nationale sur le niveau des élèves de CM2 montraient en 2013 que 79,8 % maîtrisaient les compétences attendues en lecture et 70,9 % celles en mathématiques. Des chiffres qui peuvent sembler correspondre à l’ordre de grandeur évoqué par le candidat, mais sa présentation est, en réalité, trompeuse.

Il est, en effet, faux d’affirmer que ceux qui ne maîtrisent pas les compétences du socle ne savent pas lire ou compter. Sur la compétence lire, il est notamment attendu de savoir « dégager le thème d’un texte, repérer dans un texte des informations explicites, inférer des informations nouvelles [implicites], repérer les effets de choix formels »."

Pour ce point 3, voir le lien ci-dessous d'où provient cet extrait

De tout cela, Mr Macron comme certains médias peu curieux se contrefichent. Mr Macron est en tête des sondages.

Preuve que "tout va bien"...

Christophe Chartreux

Partager cet article

Repost 0