Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

GAUCHE. Najat Vallaud-Belkacem, qui raconte son parcours dans un livre, évoque la campagne présidentielle...

26 Février 2017 , Rédigé par Le Parisien Publié dans #Education, #Politique

Image associée

Ministre de l'éducation, Najat Vallaud-Belkacem, 39 ans, est l'un des rares poids lourds du PS engagé dans la campagne de Benoît Hamon. Elle avait soutenu Manuel Valls lors de la primaire . Candidate aux législatives à Villeurbanne (Rhône), la ministre de l'Education se raconte dans un livre* à la fois personnel et très politique, qui paraît cette semaine.

Pourquoi ce livre ? Il y a une motivation politique ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM. Oui, bien sûr. Je me suis fait un peu violence, je suis réticente à livrer des choses personnelles. Mais après l'attentat de Nice, il y a eu une extrême tension, quelque chose était en train de se briser en France. Pour que ce discours de fracture porté par le FN ne soit pas le seul dans le débat, j'ai voulu dire autre chose de notre pays. Me raconter est au fond une façon de raconter la France, telle que je la vois et telle que je l'aime.

Un parcours comme le vôtre, gardienne de chèvres au Maroc au départ, serait encore possible aujourd'hui ?

Je crois, oui. Il faut aussi raconter ces histoires pour nourrir l'espoir pour d'autres. On en fait trop aujourd'hui sur la noirceur du monde, sans jamais raconter les initiatives positives. Je m'adresse à une jeune Chloé, un jeune Ahmed en leur disant, oui, on peut faire tomber les barrières : ça vaut pour la vie tout court et pour la vie politique.

Vous parlez de votre mère, presque pas de votre père. C'est votre fibre féministe ?

C'est particulier d'avoir attendu l'âge de 4 ou 5 ans pour vivre au quotidien avec son père. Mon père travaillait en France dans les usines automobiles, il revenait l'été. Ensuite, il repartait et on ne le voyait quasiment plus. J'ai développé une proximité et une empathie supérieure à l'égard de ma mère. C'est peut-être là qu'est née ma fibre féministre (rires), joli lapsus ! Dans les combats que je mène, égalité entre les sexes, droit de disposer de sa vie, accès aux études, il y a au fond toujours une trace de ce que ma mère, comme d'autres, n'a pas eu.

L'alliance Bayrou-Macron, vous y voyez un tournant dans la campagne ?

Cela ne m'a pas surprise. C'est conforme aux intentions de dépassement des clivages de l'un et de l'autre. J'y vois beaucoup de confusion sur le sens du projet politique à venir, mais aussi sur la promesse de renouvellement, qu'il s'agisse des hommes comme des pratiques.

Vous ne vous êtes jamais posé la question de rallier Macron ?

Non. Je n'ai toujours pas la réponse à une question simple : dans un attelage composé aussi bien de gens de gauche que de l'ex-directeur de campagne de Bruno Le Maire, ou encore d'Alain Minc, qui décidera de la ligne politique ? Quelle majorité gouvernera ?

Le démarrage de la campagne de Hamon est poussif. N'aurait-il pas dû d'abord rassembler les candidats de la primaire ?

Il a fait un certain nombre de gestes, a constitué un conseil politique : qui veut y participer peut le faire. Les choses seraient plus simples sans Macron. On est un peu dans la situation de 2007 où il n'y a pas le soutien évident de tout le parti, avec en plus une offre concurrentielle, ce qui dédouane ceux qui n'ont pas une sympathie évidente pour notre candidat. La situation est délicate... Pire qu'en 2007.

Le revenu universel proposé par Benoît Hamon est-il, comme l'ont critiqué certains au PS, une atteinte à la valeur travail ?

L'intérêt, c'est que cette proposition n'est pas aboutie, qu'il reste à lui donner corps. Mais elle n'est pas contre le travail : pour un agriculteur dont les revenus mensuels sont de 400 EUR, qu'on puisse imaginer un revenu complémentaire d'existence me paraît loin d'être absurde et ne l'incitera sûrement pas à cesser de travailler.

Le PS a paru ménager François Fillon sur le Penelopegate, n'est-ce pas étrange ?

Les faits parlent d'eux-mêmes, nul besoin d'en rajouter. Nous, à gauche, il faut que nous parlions aux Français de ce qui les préoccupe, sinon on sait à qui profitera l'absence de débat sur le fond...

... à Marine Le Pen ?

Bien sûr. Aucune force politique ne sort gagnante d'un discours du « tous pourris ». Seule celle qui promet le chaos généralisé recueille les suffrages d'électeurs écoeurés. Mais les électeurs ont-ils objectivement tant de raisons d'être écoeurés ? C'est l'alerte que je lance dans mon livre : attention au dénigrement permanent des politiques, thème préféré des antisystèmes de tous bords, car au bout de ce chemin c'est le désir d'un régime autoritaire qui s'imposera.

Fillon peut-il rester candidat ?

La morale la plus élémentaire exigerait des responsables de la droite qu'ils prennent leurs responsabilités en imposant un autre candidat. Y compris par respect des votants à la primaire, qui ont été trompés. Mais si M. Fillon n'a pas la décence de se retirer, je constate aussi que M me Le Pen se place au-dessus des lois en se soustrayant à la justice. Son discours de fermeté ne s'applique visiblement ni à elle ni à son entourage.

Etes-vous d'accord avec Hamon lorsqu'il parle d'un « rendez-vous manqué entre Hollande et la banlieue » ?

Non, et je lui ai dit. Des efforts considérables ont été faits depuis cinq ans en matière d'éducation, de logements ou d'emploi des jeunes dans les banlieues. Sur les relations police-population, grâce à ce quinquennat, tout citoyen peut désormais saisir l'inspection générale de la police nationale et peut signaler tout comportement inadapté des forces de l'ordre.

L'émotion est toujours vive après l'affaire Théo. Comment calmer le jeu ?

Il fallait s'attendre à une expression d'émotion et de solidarité des jeunes. Mais les débordements, les blocages, la violence, dont Théo lui-même ne veut pas, sont inacceptables. Le gouvernement sera ferme. Il faut laisser travailler la justice maintenant.

Vous dites dans votre livre que vous vous succéderiez bien au ministère de l'Education...

En me relisant je me suis dit que j'allais passer pour celle qui s'accroche à son fauteuil (rire) ! Je pense à ce dont souffre l'Education nationale : ces politiques de stop and go désastreuses. On a besoin d'une continuité. Durant ce quinquennat, je n'ai pas remis en question la réforme du lycée adoptée par la précédente majorité. J'ai estimé que pour l'évaluer sincèrement il fallait lui laisser le temps de produire ses effets. J'espère que mes successeurs auront les mêmes scrupules.

* « La vie a plus d’imagination que toi »,Editions Grasset, 170 p, 17 €.

Partager cet article

Repost 0