Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Au-delà de l’esprit des lieux, nous nous préoccupons des lieux de l’esprit – Discours pour l’inauguration du Campus Jourdan...

23 Février 2017 , Rédigé par Najat Vallaud-Belkacem Publié dans #Education

Résultat de recherche d'images pour "campus jourdan"

Retrouvez ici le discours de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour l’inauguration du Campus Jourdan, haut lieu des Sciences Sociales, ce jeudi 23 février 2017. Le président de la République, François Hollande a dévoilé la plaque inaugurale en présence de la ministre et de la maire de Paris, Anne Hidalgo et de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.

Monsieur le Secrétaire d’État, cher Thierry,
Madame la présidente du Conseil régional d’Île-de-France,
Madame la Maire de Paris, chère Anne Hidalgo,
Monsieur le Recteur de Paris, cher Gilles Pécout,
Monsieur le directeur de l’École normale supérieure,
Monsieur le Directeur de l’École d’économie de Paris,
Monsieur le Président de l’Université Paris Sciences et Lettres,
Mesdames et messieurs les chercheuses et les chercheurs,
Mesdames et messieurs les professeurs,
Mesdames et messieurs les étudiantes et les étudiants,
Mesdames et messieurs,
Chers amis,

Évoquer l’enseignement supérieur et la recherche, parler de l’École d’économie de Paris, comme de l’École Normale supérieure, fait surgir un certain nombre d’images.

On pense d’abord à de grands esprits, à l’intensité du travail intellectuel, et l’on voit des articles, des écrits et des thèses qui participent de cette grande aventure de l’humanité qu’est la recherche scientifique et la formation.

Pourtant, tout ce travail de l’esprit ne se déploie pas abstraitement, dans le ciel des idées. Pourtant, dans la formation comme dans la recherche, le lieu a son importance.

Oui, dans le quadrangle d’Oxford ou de Cambridge, s’affirme la volonté de former, entre étudiants et enseignants, une communauté autonome, à l’écart de la ville. Et cette autonomie des universités, bien avant l’an 2007, c’est elle qui s’affirmait au cœur de Paris, dans la Sorbonne, par la relation particulière qui l’unissait au Vatican.

L’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche est donc, par bien des aspects, inséparable des bâtiments et des espaces, qui, au fil des siècles, ont accueilli les universités et les grandes écoles.

L’évolution même des campus nous raconte, par les changements architecturaux, l’évolution de la relation entre les lieux d’études et la société dans laquelle ils prennent place.

On parle souvent de l’esprit des lieux, et avec la jetée aux Ernest, l’architecte témoigne de son respect vis-à-vis des traditions ulmiennes : la toponymie de ce campus Jourdan fait ainsi écho à la célèbre cour aux Ernest du 45 rue d’Ulm, et d’un campus à l’autre, c’est bien l’esprit des lieux qui est préservé.

Mais au-delà de l’esprit des lieux, il est essentiel, aujourd’hui, de se préoccuper des lieux de l’esprit : voilà ce qui est au cœur de l’événement qui nous rassemble aujourd’hui.

Ce campus, bâti dans les années 1940, n’était plus adapté, non seulement en termes architecturaux, mais aussi par rapport à la recherche telle qu’elle se fait aujourd’hui.

Vous savez, au fil des échanges que j’ai pu avoir avec des scientifiques, des chercheurs, il y a toujours un épisode qui revient. Celui de la conversation-révélation.

Ce moment où se précise la pensée, où surgit une interrogation, un étonnement, n’est plus solitaire, comme ce fut le cas pendant longtemps, en tout cas dans les anecdotes qui jalonnent l’histoire des sciences et de la recherche.

C’était Newton faisant la sieste sous un pommier, c’était Archimède se plongeant dans son bain : c’est, aujourd’hui, le dialogue, l’échange, la dimension collective qui s’affirme.

C’est au cours d’une conversation à la machine à café que la problématique d’une thèse vient se préciser ; c’est une remarque d’un confrère qui permet d’affiner le protocole nécessaire à une enquête en sciences sociales, au détour d’un échange informel, assis sur un banc ; car la recherche ne se fait pas uniquement dans les laboratoires et les bibliothèques, la vie de l’esprit n’a pas d’horaires fixes, la pensée ne cesse pas de fonctionner à 19h00 pour reprendre le lendemain à 9h00.

Ce qu’offre ce campus Jourdan rénové, c’est donc à la fois un environnement de travail adapté, mais aussi un lieu de vie, collectif, dans lequel les chercheuses et les chercheurs, comme les étudiantes et les étudiants, pourront échanger.

Je salue à cet égard le travail qui a été conduit dans la conception du bâtiment autour des lieux de convivialité, où, j’en suis sûre, se vérifiera le fameux « effet  coin café » cher à l’IAS (Institute for Advanced Studies) de Princeton.

Cet effet, très sérieux en dépit de son appellation, souligne que de tels espaces sont source d’innovation par le croisement des sciences qu’ils permettent.

Ces échanges, quand on voit les équipes et les institutions accueillies sur ce campus, ne manqueront certainement pas d’être stimulants et innovants.

Jourdan accueille ainsi l’Ecole d’économie de Paris, les départements d’économie, de sciences sociales et de géographie de l’ENS, l’équipe de J. Peter Burgess, la bibliothèque Jourdan de sciences humaines et sociales, le Centre Maurice Halbwachs (CMH) ; le Centre pour la recherche économique et ses applications (CEPREMAP) ; le Centre européen d’études républicaines (CEDRE), créé à PSL avec le soutien de l’ENS et de l’EPHE, sous le patronage du Président de la République et des espaces d’étude et de travail pour les étudiants du Cycle pluridisciplinaire d’études supérieures de PSL.

Au cœur de cet espace, une véritable complémentarité s’instaure : entre les disciplines, entre les institutions, entre l’enseignement et la recherche.

Il faut souligner aussi tout ce qu’apporte un tel regroupement de vos équipes, de vos écoles, en termes de synergie et de dynamique.

C’est cette dynamique qui a été soutenue au fil de ce quinquennat, et qui doit l’être encore dans les années qui viennent, à la fois au niveau national et local, et je veux, à cet égard, saluer l’investissement de la Région dans ce projet.

(...)

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Partager cet article

Repost 0