Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Bravo Benoit! Mais tu n'es pas tout seul...

30 Janvier 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique

lexpress.fr - Joël SAGET

lexpress.fr - Joël SAGET

Benoit Hamon est sorti vainqueur de la primaire à gauche. Une partie de la gauche d'ailleurs puisque ni Jean-Luc Mélenchon, ni Emmanuel Macron (qui se dit de gauche), n'ont participé à cette compétition démocratique, préférant l'autoproclamation satisfaite aux débats nécessaires et à la confrontation des idées.

Bravo Benoit!

J'ai soutenu Manuel Valls et ne le regrette nullement. Il a perdu comme avaient perdu avant lui Cécile Duflot, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy. Tous portant les "stigmates" de l'exercice complexe du pouvoir qui se frotte au réel du quotidien.

Je ne quitterai pas ma famille politique et appelle - modestement - les militants à faire de même. Celles et ceux tentés par l'aventure solitaire d'Emmanuel Macron, candidat sans programme si ce n'est un hyper libéralisme à peine déguisé (J'invite chacun à prendre connaissance de son projet Education), doivent comprendre que quitter un navire dans la difficulté n'est rien d'autre qu'un abandon de poste, une trahison. Je parle bien ici des MILITANTS encartés au Parti Socialiste.

Benoit Hamon est notre candidat choisi démocratiquement par les électeurs. Elu sur son projet avec près de 60% des voix. Victoire incontestable.

Doit-on pour autant rejeter dans l'ombre les 40% qui ont choisi de soutenir le projet de Manuel Valls? Ce serait là une erreur fatale. Ceux-là, dont je ne suis qu'un minuscule élément, doivent être écoutés et entendus.

Je continuerai donc, tout en assurant Benoit Hamon de mon soutien face à nos seuls adversaires la droite, le FN et Emmanuel Macron et en l'assurant de mon bulletin au premier tour de la présidentielle, de réclamer les "ajustements" suivants:

- le Revenu Universel ne me laisse pas indifférent. C'est une idée généreuse. Qui néanmoins se fracasse lorsqu'il s'agit d'en observer les éléments de justice sociale. Qu'y a-t-il de "juste" à distribuer les mêmes aides à tous et à chacun, quel que soit le revenu? Qu'y a-t-il de juste à donner 700 ou 800 euros aux enfants d'un chirurgien ou d'un professeur d'université ainsi qu'à ce jeune homme de 22 ans qui par tous les moyens tente de sortir de la misère? L'égalitarisme n'a jamais remplacé l'égalité. Il l'a combattue et affaiblie.

Je proposerai que ce Revenu Universel soit distribué de manière ciblé. Il ne s'appellerait alors plus "Universel" mais aurait le mérite de rééquilibrer les chances et les droits.

Par exemple, offrir une somme "X" aux familles en difficulté permettant aux enfants de celles-ci de bénéficier gratuitement d'aides aux devoirs. Il y a de multiples autres exemples de ce type. Ces aides seraient alors de véritables gestes de justice sociale. Très "de gauche".

Ce "Revenu Universel" ciblé aurait aussi la vertu non négligeable d'éviter 300 milliards (!!) de dépenses.

- Le 49.3 citoyen: "Benoît Hamon souhaite, s’il est élu, introduire dans le droit un «49.3 citoyen», qui permettrait à 1% du collège électoral français, soit 450 000 personnes, de bloquer la promulgation d’un texte (ou de la suspendre jusqu’à un an après) et d’organiser un référendum sur le sujet" (Libération).

Cette proposition est elle-aussi fort généreuse. "Rendre le pouvoir au peuple". Sauf que dans la pratique, la mesure en question peut se révéler catastrophiquement dangereuse et contre-productive. Comme François de Rugy l'avait très justement souligné:

"François de Rugy s’est à son tour chargé de démonter cette proposition, lors du deuxième débat de la primaire organisée par le parti socialiste : «Ça m’étonne beaucoup que la gauche puisse proposer un processus qui n’a d’autre but que de donner aux lobbies – 450 000 signatures, n’importe quel lobby pourra trouver cela pour bloquer un texte. Heureusement que cette disposition n’existait pas quand Valéry Giscard d’Estaing avec Simone Veil a fait voter la loi sur l’avortement», a expliqué le député de Loire-Atlantique, qui propose, lui, que deux fois par quinquennat se tienne une journée de référendums, d’initiative populaire, lesquels porteraient plutôt sur des sujets non traités par le Parlement. Le député de l’Hérault Sébastien Denaja, soutien de Vincent Peillon, ne disait pas autre chose, la semaine dernière à LCI : «Quand on fait des propositions, il faut les assumer. Le principe du "49.3 citoyen" nous choque profondément, c’est une régression démocratique. Imaginez que des lois votées par le Parlement soient bloquées par des minorités agissantes ?"

(...)

Kim Hulot-Guiot dont l'article se trouve ci-dessous

- Le plafonnement à 25 élèves par classe:

" Je veux limiter le nombre d'élèves par classe dans le cycle 2 (CP, CE1, CE2) à 25, en valeur absolue, et non pas en moyenne. Aucune classe au-dessus de 25 élèves dans le cycle 2. Et j'irai même plus loin pour les DOM, des REP et REP+ et territoires ruraux qui apparaissent le plus en difficulté. Je proposerai 20 élèves maximum, ce qui permettra de faire une vraie différence avec ce qui relève de l'éducation prioritaire"

Ce projet ne sert à rien. Il faut être très clair. Si l'objectif - là aussi très généreux et sur lequel je rejoins Benoit Hamon - est de pallier les difficultés d'élèves inscrits en zone prioritaires ou en cycle 2, il faut aller chercher d'autres moyens. Par exemple - mais c'est un projet qui aura un coût - diviser par deux TOUS les effectifs sur tout le territoire. Des classes à 10/15 élèves, oui! A 25, c'est ne rien changer.

Je t'appelle aussi, cher Benoit, à poursuivre les réformes de l'école, commencées par Vincent Peillon, par toi, continuées par Najat Vallaud-Belkacem - qui a pris tous les coups, mais c'est le "jeu" me diras-tu - et à ne rien concéder à celles et ceux qui ne voient l'Ecole (au sens le plus large) que dans les fantasmes de leur rétroviseur.

Pour le reste... En avant pour l'aventure...

Sans oublier que désormais il ne s'agit plus de seulement faire rêver - rien de péjoratif dans l'expression! - mais de convaincre plus de 50% des français électeurs.

Ceux-là, on n'en fera pas la conquête en ne leur faisant que des promesses...

Christophe Chartreux

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :